Actualité International News

Paris : reprise du procès du bombardement de Bouaké

L’audience qui se tient à Paris porte sur une zone d’ombre de l’affaire, l’interpellation au Togo, des suspects qui ont finalement été relâchés. La France, dont des soldats ont péri dans l’attaque n’ayant pas donné suite, bien qu’alertée. Il s’agit des pilotes des deux Soukhoi de l’armée ivoirienne qui ont attaqué le 6 novembre 2004, le camp militaire de la française licorne, tuant 10 personnes dont 9 militaires français.

Seize ans après, les juges tenteront de savoir pourquoi la France a refusé d’arrêter ces pilotes, 8 Biélorusses et deux Ivoiriens pourtant mis à sa disposition par les autorités togolaises. Des témoins sont donc attendus par les juges sur ce volet togolais du bombardement de Bouaké que beaucoup considèrent comme une affaire d’Etat. Parmi ces acteurs, l’ex-ministre e la défense, Michèle Alliot-Marie.

Le drame de Bouaké a constitué un tournant dans les relations entre la France et le régime de Laurent Gbagbo. Le gouvernement français avait en réponse, ordonné la destruction de l’aviation militaire ivoirienne alors même que le pouvoir était confronté à une rébellion au Nord.

Africanews

Dans la même rubrique...

Série évoquant l’affaire Adji Sarr : le Cnra convoque le producteur Aziz Niane et Cie

Actusen

Russie : le parquet demande que des organisations de Navalny soient déclarées « extrémistes »

Actusen

Causes des difficultés des étudiants : Ousmane Sonko indexe “l’incompétence” du régime de Macky Sall

Actusen

Laissez un commentaire