People & Sports

Pastore: “A Paris, je suis Dieu”

Bien décidé à tourner le dos ç un dernier exercice gâché par les blessures, Javier Pastore clame haut et fort sa confiance, et plus encore, à l’heure d’entamer une sixième saison dans la capitale.

Au point de prendre des accents slatanesques.

Sa majesté « Ibra » a quitté le PSG, mais on jurerait entendre l’ex-attaquant star du club de la capitale lorsqu’on lit l’entretien accordé par Javier Pastore (27 ans, 27 sélections) au Corriere dello Sport dans lequel le milieu de terrain argentin déclare sa flamme, toujours intacte, pour la ville lumière et son équipe désormais quadruple championne de France.

La carrière de Pastore à Paris n’a pourtant rien d’un long fleuve tranquille. Le public du Parc des Princes attend toujours de voir totalement s’épanouir l’ancien Palermitain, débarqué de Sicile en 2011, et qui n’a toujours pas véritablement donné la pleine mesure d’un talent exprimé uniquement par intermittence. Quand son physique ne le trahit pas. Ce qui fut loin d’être le cas lors d’une dernière saison totalement gâchée par des blessures diverses et variées.

 

Mais, aujourd’hui, le nouvel élan lié au changement d’entraîneur et à l’arrivée d’un Unai Emery, porté sur le beau jeu, semble donné des ailes à « El Flaco », en même temps que celui-ci a pu débuter la préparation du PSG sans le moindre pépin physique.

“Je suis bien ici (à Paris), très bien. Nous avons une grande équipe et chaque année, nous gagnons quelque chose. Je ne pouvais pas demander plus”, déclare-t-il, apparemment comblé.

Et à l’évidence très loin de l’actualité du mercato et d’un éventuel retour en Serie A évoqué de manière régulière le concernant: “Dans l’avenir, on ne sait jamais. Il se peut que le PSG ne veuille plus de mois en décembre, qui sait…, lâche-t-il, avant d’ajouter tout de suite: Maintenant, cependant, même si j’aime l’Italie, à Paris, je suis Dieu.”

Rien que ça. Et même l’intérêt du plus grand club italien, la Juventus, qui tenta de le débaucher dès sa deuxième saison dans la capitale, marquée à l’époque par une adaptation des plus délicates et un temps de jeu très en-deçà de ses ambitions, ne suffirait visiblement pas à ébranler son attachement au PSG.

Même s’il s’avoue flatté: “Comme je ne jouais pas toujours, les dirigeants bianconeri se sont renseignés sur moi. C’est toujours bien quand des grandes équipes te veulent.” Ce qui est peut-être moins vrai aujourd’hui… Aussi divines soient les aspirations de Pastore.

Actusen.com avec football.fr

Dans la même rubrique...

Ronaldo, le coup dur

Actusen

Avant de sortir, Van Dijk a blessé James Rodriguez

Actusen

Sortie à la mi-temps face à Man United en LDC : Gana Gueye souffre d’une déchirure aux ischios-jambiers

Actusen

Laissez un commentaire