News

Pour consolider le processus enclenché depuis 2014 dans le cadre du Pse : une convention tripartite signée entre IED Afrique, le Bos/Pse et l’Uael

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Promouvoir l’articulation entre le Plan Sénégal Emergent et le développement local résilient (Papdl), Innovation Environnement Développement En Afrique (IED Afrique), le Bureau Opérationnel de Suivi du Plan Sénégal Émergent (Bos/Pse) et l’Union des associations d’élus locaux (Uael), ont signé, hier, une convention de partenariat tripartite.

La convention vise à consolider le processus enclenché depuis 2014 pour arriver à doter les communes du Sénégal de Plans de Développement Communaux arrimés à la vision 2035 du Plan Sénégal Emergent prenant et en compte les dimensions transversales (changement climatique, genre, migration, nutrition) et le contrôle citoyen de l’action publique (redevabilité).

Selon le communiqué parvenu à la Rédaction de Actusen, «une première phase menée de 2014 à 2018 à travers le projet «Promouvoir la résilience des économies en zones Semi-Arides (Presa), a permis l’expérimentation de l’arrimage des plans communaux et départementaux de développement au Pse dans une perspective de résilience au changement climatique dans les régions de Kaffrine (communes de Nganda & Dianké Souf), de Kaolack (communes de Gagnick et Keur Madiabel), de Fatick (commune de Ndiob) et de Diourbel (commune de Baba Garage)». Ce processus devait servir de levier pour informer les décideurs sur les mécanismes permettant de renforcer l’ancrage du Pse dans un développement local résilient.

Le communiqué de préciser que grâce «aux enseignements tirés de cette expérience intéressante, les communes de Dianké Souf (région de Kaffrine) et de Ndiob (région de Fatick) ont pu bénéficier, depuis 2019, de l’accompagnement de Ied Afrique pour l’élaboration de leur Plan de développement communal (Pdc) arrimé au Plan Sénégal Emergent (Pse)».

L’objectif du partenariat entre les différentes entités «est de consolider l’approche, de soutenir les activités essentielles qui n’ont pu être achevées durant la phase pilote et d’étendre l’expérience à de nouvelles collectivités territoriales».

Il s’agit, selon le document, à la lumière des leçons tirées, de mettre en exergue l’importance de l’alignement du Pse et des Plans de développement territoriaux (Pdt) pour une coordination optimale des décisions et de l’allocation des ressources afin de parvenir à un développement économique résilient au climat des territoires».

À cet égard, Ied Afrique a sollicité et obtenu du Centre de Recherches pour le Développement International (Crdi) des fonds additionnels pour poursuivre le processus.

Actusen.sn

Dans la même rubrique...

Vol de voiture : Baboye tombe dans les filets de la police de Touba

Actusen

Couverture maladie universelle : la Section Sames de l’Agence dénonce les mesures dilatoires du Dg

Actusen

Journée nationale de la décentralisation : l’Aned dénonce sa mise à l’écart

Actusen

Laissez un commentaire