ACTUSEN
A LA UNEEconomieNews

Situation économique du Sénégal : les chiffres alarmants de la Banque mondiale

La Banque mondiale a publié son rapport sur la situation macroéconomique du Sénégal. D’après l’institution, la dette publique totale a bondi à 80,8% du PIB en 2023, contre 76,0 % en 2022. Cet endettement d’après la BM expose le pays à «un risque modéré de surendettement externe et global, avec une capacité très limitée à absorber les chocs». Cette augmentation, selon le rapport, est principalement due au surfinancement du budget 2023 à 4,6 % du PIB. Il a été adopté au début de 2024, «en particulier autour de l’élection présidentielle, en tant que stratégie de la dette destinée à se protéger des potentiels problèmes de financement visant à assurer le bon fonctionnement de l’administration ainsi que le paiement du service de la dette en temps opportun entre janvier et avril 2024».

À en croire, la Banque mondiale, cette « stratégie a contribué à l’augmentation du niveau de la dette en 2023. «Avec une dette extérieure estimée à 60,0 % du PIB en 2023, la dépréciation du franc CFA par rapport au dollar US a entraîné une réévaluation de la valeur en francs CFA de l’encours de la dette extérieure et ainsi contribué à augmenter le service de la dette extérieure», dit le rapport. À côté de ce tableau sombre, la Banque mondiale fait état de perspectives intéressantes avec l’engagement des autorités pour des réformes structurelles majeur et l’amélioration de la transparence, mais elles dépendent d’un solide engagement en faveur de la stabilité macroéconomique.

«La volonté des nouvelles autorités à renforcer la transparence et la gestion des finances publiques est une opportunité qui conforte les perspectives économiques positives du Sénégal à moyen terme. Ces perspectives demeurent néanmoins conditionnées sur le court terme par un engagement envers la consolidation budgétaire et la mise en œuvre de réformes transformatrices, piliers de la stabilité macroéconomique», a dit Mme Keiko Miwo, la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cabo Verde, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Mauritanie et le Sénégal. Pour la période 2024-2026, une croissance en moyenne de 7,4% est prévue pour le Sénégal selon la Banque mondiale. Elle sera tirée par le secteur non hydrocarbures mais également par le pétrole et le gaz.

Adja Khoudia THIAM DIENG (Actusen.sn)

Related posts

Fatick : un bus se renverse et fait un mort et cinq blessés graves

Dialogue politique : la position polémique de la Société civile sur la troisième candidature de Macky Sall

Actusen

Bombardé Directeur général de la Saed : Samba Ndiobène Kâ gagne des galons

Leave a Comment