News Société

Son client condamné : Me Moussa Bocar Thiam promet de continuer le combat

«En matière de meurtre, c’est la preuve scientifique qui doit primer». Ces propos lancés, comme une sorte de cri de cœur, sont de Me Moussa Bocar Thiam,  avocat du policier Boughaleb condamné à 20 ans de prison pour meurtre.

Le maire de Ourossogui, après avoir démontré, à sa façon, l’innocence de son client, le jour du procès, a fait face à la presse pour un autre éclairage. Partant du rapport de l’expert balistique, Me Thiam est convaincu qu’avec cet élément seulement, les juges de la Chambre criminelle pouvaient prendre ‘’la meilleure décision’’ qui sied, à savoir rendre la liberté à son client.

«L’arme du crime n’a pas été retrouvée, l’expert balistique n’a rien révélé, pendant deux mois d’étude, ils n’ont trouvé aucune preuve que Bassirou Faye a été tué par une arme de policier et que Sidy Mouhamd Boughaleb n’a pas pu tirer la balle mortelle parmi les 25 armes qui ont été utilisées, ce jour-là. La preuve scientifique n’a pas été rapportée dans ce dossier», a-t-il lâché.

«Il n’est pas question que Boughaleb soit une deuxième victime, après Bassirou Faye» 

Pis, a noté Me Thiam, «le Procureur a toujours dit que Boughaleb pouvait ne pas être le meurtrier de Bassirou Faye, l’agent judiciaire a aussi déclaré que la preuve de sa culpabilité n’a pas été apportée».

En tout état de cause, le combat continue pour l’avocat de Boughaleb et la famille de celui-ci. «Nous sommes debout comme un seul homme. Il n’est pas question que l’on accepte que Boughaleb soit une deuxième victime, après Bassirou Faye», prévient-il.

Me Thiam a, par ailleurs, profité de l’occasion pour dénoncer l’absence d’assistance de la hiérarchie de la police dans le cas de l’affaire de son client. «Ce n’est même plus sûr, pour les forces de l’ordre, bien vrai qu’on doit les condamner en cas de bavures. Mais, elles doivent être sanctionnées avec des preuves irréfutables et balayer d’un revers de main plus de 14 témoignages», a-t-il dit.

Ndèye Awa BEYE (Actusen.com)

 

Dans la même rubrique...

Reprise du transport interurbain : Heurts entre Chauffeurs et gendarmes sur l’axe Tivaouane-Pire

Actusen

Covid-19 à Ziguinchor : Sur 1000 enseignants, 900 refusent de se faire dépister

Actusen

Meurtre d’un chauffeur de taxi à Yoff : le procès D’ousseynou Diop renvoyé au 16 juin

Actusen

Laissez un commentaire