Arrêté en novembre dernier avec Cheikh Tidiane Gadio, Patrick Ho a plaidé hier, non coupable à propos des accusations de la Justice américaine qui lui reproche d’avoir soudoyé des fonctionnaires au Tchad et en Ouganda, en échange de contrat pour la compagnie énergétique chinoise China Energy Fund Commitee (CEFC Energy).

Des accusations balayées d’un revers de main par CEFC. Ladite compagnie a, dans un communiqué rendu public, déclaré qu’elle n’avait pas d’investissements en Ouganda et qu’elle avait acquis un investissement au Tchad auprès de l’entreprise chinoise China Petroleum Corp, sans traiter directement avec le Gouvernement tchadien.

Cette déclaration rassurante de la compagnie énergétique pourrait bien tirer d’affaires l’ancien patron de la diplomatie sénégalaise. Mais, selon Les Echos dans sa parution de ce mardi, ce n’est pas seulement de cette oreille que le procureur américain compte entendre Cheikh Tidiane Gadio.

Pour preuve, dans sa plaidoirie d’hier, il a indique que «Patrick Ho  a fait verser à la compagnie pétrolière un pot de vin de 2 millions de dollars au président Tchadien, en 2015, en échange de droits pétroliers exclusifs dans ce pays. Il a aussi, noté que «c’est Gadio qui a crée la connexion entre Patrick Ho et Idriss Déby Itno et a reçu 400 000 dollars de Ho pour son aide».

Toutefois, Gadio pourrait continuer à garder espoir. En effet, dans une déclaration faite en  décembre dernier, le procureur avait déclaré avoir engagé des discussions sur son cas, avec son avocat. Ce dernier interpellé hier sur ces «discussions» a refusé de commenter.

Actusen.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here