ACTUSEN
A LA UNENewsSociété

2000 jeunes enrôlés aux métiers portuaires : Amadou Ba loue le travail du dg du Port, Mountaga Sy

A peine nommé Directeur général au Port autonome de Dakar, Mountaga Sy n’a pas attendu longtemps pour mettre le port sur de bons rails, conformément à la vision du chef de l’Etat Macky Sall. Après l’opération de décongestionnement du Port, qui permettra de rendre plus efficaces les opérations de chargement et de déchargement, Mountaga Sy se souciera de former 2000 jeunes aux métiers portuaires, avec la collaboration d’un autre levier de l’Etat à savoir le 3 FPT. D’ailleurs, au Grand Théâtre, ce mercredi, les 2000 jeunes bénéficiaires de cette formation ont reçu leur attestation des mains du Premier ministre, Amadou Ba.

Le chef de gouvernement, devant ces 2000 jeunes dockers, dira : «Je félicite vivement Mountaga Sy pour sa rigueur, son efficacité, mais surtout sa passion pour le travail. 95 % de notre commerce extérieur transite par le Port de Dakar. Interface entre le monde maritime et terrestre, lieu de synergie et d’ambition complémentaire. Dès lors, faire du Port un outil de l’émergence mérite à mon avis d’être garantie par chacun de nous en ce qu’il doit contribuer à la transformation structurelle de notre économie. C’est pourquoi s’il y avait deux Mountaga Sy au Sénégal, l’économie de notre pays ne s’en portera que fort mieux».

Sous de forts applaudissements, Amadou Ba ajoutera : «je suis rassuré parce que convaincu de la volonté des tous les acteurs portuaires d’aller dans le même sens, celui de la modernisation, de l’efficience et de la performance. Au-delà du secteur portuaire, j’invite tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement publique comme privée à s’engager dans la mise en œuvre des investissements requis et jouer un rôle de premier plan pour servir notre économie nationale. Le 3ème pilier est le capital humain, qui est un aspect essentiel aux côtés des facteurs financiers et techniques pour bâtir un écosystème résilient et durable. Car, le secteur portuaire a certes fort besoin d’investissement lourd, mais il est également avéré que des ressources humaines qualifiées et expertes en la matière sont indispensables pour atteindre les niveaux de performances attendues.»

Actusen.sn 

Related posts

Abou Lô et « BBY »raflent la mise à Ogo avec un score 82,40%

Italie : un Sénégalais avale 10 boulettes de cocaïne pour…

Mamadou Daffé, Dg cabinet Idev-Ic, peste : «près de 320 Cabinets, soit presque le double des Bureaux sénégalais, ayant gagné des marchés entre 2014 et 2015, sont des étrangers»

Leave a Comment