A LA UNE News

Apparition d’un liquide jugé dangereux à la plage Thiaroye Sur Mer : la Dudh réitère l’alerte

La frayeur ne cesse d’accroître depuis la découverte d’un liquide assimilable à des hydrocarbures sur la plage de Thiaroye Sur Mer. Dans le but prévenir à ce danger qui guette la population de cette localité, l’Ambassadeur Officiel de la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité au Sénégal (Dudh) réitère son alerte.

La Dudh, par la voix de son ambassadeur officiel, fustige l’inaction des autorités qui, jusqu’ici n’ont pas réagi à son interpellation. «Aucune autorité, jusque-là, n’a réellement apporté de réponse concrète à notre interpellation pour rassurer les populations. Du Gouverneur de Dakar, en passant par le maire de la localité, jusqu’au Directeur Général de la Société africaine de raffinage, les réponses qui ont été exposées de part et d’autre, ne rassurent point. Le ministre de l’Environnement, celui de l’Intérieur, celui en charge de l’Hygiène publique, celui de la Santé, bref le gouvernement, n’en parlons pas », déplore El Hadji Cheikh Anta Seck.

L’attitude de Serigne Mboup, directeur de la SAR qui, dit-il, au lieu de donner des réponses concrètes après interpellation, n’a fait que jeter de l’huile sur le feu. «Ce n’est pas de l’essence pure, ce n’est pas du naphta pur, ce n’est pas fuel, ce n’est pas du gasoil, c’est du mélange d’hydrocarbures», avait-il rétorqué.

Sur ce, l’ambassadeur officiel de la Dudh invite le chef de l’Etat à prendre cette question en main et demande sa réaction immédiate sur ce liquide dont ils ignorent la nature et les composantes chimiques. «Afin d’assurer la pérennité de la vie sur terre, les générations présentes ont le devoir de tout mettre en œuvre pour préserver l’atmosphère et les équilibres climatiques, et de faire en sorte de prévenir autant que possible les déplacements de personnes liés à des facteurs environnementaux et, à défaut, de secourir les personnes concernées et de les protéger», termine-t-il.

Adja Khoudia Thiam (Stagiaire Actusen)

Dans la même rubrique...

Diarry Sow écrit à Serigne Mbaye Thiam : « je ne me cache pas. Je ne fuis pas. Considère cela comme une sorte de répit salutaire dans ma vie »

Actusen

Gestion de la crise sanitaire dans les écoles, déficit de tables-bancs et d’enseignants, non-respect des accords signés… : le Cusems met à nu les incohérences des autorités  

Actusen

Violence et maltraitance sur ses élèves : Ibrahima Dieng, maître coranique condamné par le tribunal de Diourbel

Actusen

Laissez un commentaire