News UNE

C’est à cause de cette bombe que le volubile Inspecteur des Impôts est relevé de ses fonctions

Les observateurs avertis la voyaient venir ! En effet, ils avaient pressenti que le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan allait sortir le bâton, pour sévir contre l’Inspecteur des Impôts, Ousmane Sonko. Auteur d’une kyrielle de révélations les unes aussi surréalistes que les autres.

Le chef de file des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) est surtout rendu plus célèbre par le fait qu’il ait soulevé le lièvre autour des 2 milliards F Cfa que l’Assemblée nationale et ses députés doivent au trésor public pour non-paiement de leurs impôts. Après avoir éclairé les pans d’ombres qui entourent cette lourde ardoise, Ousmane Sonko a commis l’attentat qui, à coup sûr, a précipité sa suspension de ses fonctions.

Il s’agit du crédit de 9 milliards F Cfa inscrits dans la loi de finance rectificative 2016 au profit de la Société ‘’’Envol immobilier’’. Selon le patron de Pastef, qui en a fait la révélation, ce montant représente une partie du marché total de 150 milliards francs qui a été ‘’gracieusement attribué à cette entreprise, sans appel d’offre’’.  Mais là où le très téméraire agent de l’Etat fait surtout mal, c’est quand l’Inspecteur des Impôts révèle que cette entreprise appartient à des hautes autorités du pays.

“La Société Envol immobilier attributaire du marché de 150 milliards F Cfa a été créée, à peine six mois, et n’a aucune référence en matière de bâtiment et de travaux publics”

Préférant étayer ses accusations, Ousmane Sonko explique : ‘’c’est un scandale de plus, d’autant que cette Société a été créée,  le 22 décembre 2015 ; c’est-à-dire, à peine six mois, et n’a aucune référence en matière de bâtiment et de travaux publics. Et on lui donne un marché de gré-à-gré pour la construction de la cité ministérielle de Diamniadio‘’, révèle le leader de Pastef.

Qui poursuivant, avait affirmé  : ‘’n’ayant aucune référence (en BTP), elle (Ndlr : Envol immobilier) a  sous-traité ce marché avec des entreprises chinoises. Alors que, dans ce pays¸ nous avons des entreprises de BTP, qui ont des références et qui peuvent plus avoir accès au marché public’’. Pour Ousmane Sonko, on ne peut pas construire ce pays, sans une bourgeoisie locale.

‘’C’est la gouvernance de Macky Sall, sobre et vertueuse, mais toujours nébuleuse’’

Lors de cette conférence de presse, l’Inspecteur des Impôts s’était littéralement déchaîné contre le Président de la République, Macky Sall, son ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ. Pour ce faire, Ousmane Sonko n’en a pas cherché l’explication au Ciel.

Car, disait-il, le jour de sa conférence de presse, ‘’quand on vous parle de taux de croissance de 6%, sachez que les 5% sont drainés par les Multinationales  étrangères  qui ne paient pas les impôts au Sénégal et qui, après, rapatrient tout le gain hors du Sénégal.’’ Avant de railler le Chef de l’Etat en ces termes : ‘’c’est la gouvernance de Macky Sall, sobre et vertueuse mais toujours nébuleuse’’.

En dépit de la décision du ministre Amadou Ba de le suspendre de ses fonctions, ceux qui connaissent Ousmane Sonko croient savoir que c’est la pire façon de chercher à “redresser” l’homme. “Le leader de Pastef n’est pas du genre à plier, encore moins à rompre. Fervent musulman pratiquant, l’Inspecteur des Impôts va, avec cette mesure, se doper davantage et s’enfoncer de plain-pied dans une résistance-tout-terrain”, confie à Actusen.com une connaissance d’Ousmane Sonko.

Bizarre que le ministre Amadou Ba et ses Services n’aient pas apporté de démenti au sujet du marché de 150 milliards F Cfa qui aurait profité à des gens du régime

Et notre interlocuteur de se vouloir catégorique : “si on le pousse à bout, il (Ndlr : Ousmane Sonko) connaît beaucoup de choses et va faire d’autres révélations qui pourraient gêner les Autorités”. Un avertissement sans frais dans la mesure où, jusqu’ici, le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan ne s’est pas fendu d’un quelconque démenti, pour démonter, pièce par pièce, les accusations de l’Inspecteur des Impôts que certains présentent comme un “Ibadou” qui préfère mourir plutôt que de vaciller sur ses convictions.

L’attitude des Services de l’argentier de l’Etat est d’autant plus inquiétante que, concernant le marché filé à la Société  “Envol immobilier”, ce sont 150 milliards F Cfa qui sont mis en cause et qui, selon l’auteur de l’accusation, ont profité à un groupe d’individus proches du Pouvoir.

Au départ, il a été envisagé d’affecter Ousmane Sonko, loin, très loin de Dakar

On ne sait pas comment ni pourquoi le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan s’est juste contenté de le suspendre de ses fonctions, mais ce n’est point la mesure qui a été préconisée, en haut lieu, jusqu’ici. En effet, Actusen.com a appris de sources généralement bien informées, que l’Etat avait envisagé, dans un premier temps, de l’affecter, loin, très loin même, de Dakar, la capitale sénégalaise.

Outre la gestion du locataire du Palais à laquelle il s’était attaqué, le leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité a tenu à jouer les prolongations du référendum du 20 mars 2016. A cet effet, il affirmait que que le Président de la République et ses conseillers ont fait des ‘’omissions’’ dans le texte qui leur sont opposable.

“Nous considérons qu’à partir du 2 avril prochain, le Président Macky Sall sera un Président illégitime et que tout acte qu’il posera sera attaqué comme tel”

Pour lui, le mandat de Macky Sall reste à 5 ans, dans la mesure où, dit-il, les mesures transitoires de l’article 108 ont été supprimées.  ‘’A partir de ce moment, explique M. Sonko, la disposition, qui parle à la fois de la durée du mandat et du nombre de mandats, est pleinement applicable, parce que la seule référence à l’avis du Conseil constitutionnel ne peut servir de base ce, puisque le Conseil constitutionnel est un pouvoir constitué et non un pouvoir constituant’’.

Autrement dit, décrète-t-il, ‘’nous considérons qu’à partir du 2 avril prochain, le Président Macky Sall sera un Président illégitime et que tout acte qu’il posera sera attaqué comme tel.’’

Actusen.com

 

Dans la même rubrique...

Reprise du transport interurbain : Les transporteurs annoncent une grève de 48 h à partir de minuit

Actusen

Covid-19 à Touba : 4 nouveaux cas confirmés

Actusen

Drame à Niakhar : un directeur d’école mortellement fauché par un camion

Actusen

5 commentaires

papiton 27/07/2016 - 10:02 at 10:02

son manque de respect pour les normes et les institutions de la république est fragrant et aujourd’hui il paie le prix de sa cupidité. il n est jamais bon de se réjouir du malheur d un autre mais ce Sonko en quête de visibilité politique a trahi la confidentialité qui enveloppe sa fonction.

Répondre
elidja 27/07/2016 - 11:00 at 11:00

Monsieur vous avez une lecture étriqué et partisane du cas sonko. Pour un républicain il est dans son rôle pluton l’encourager que de le blâmer aussi facilement. En quoi est il irrespectueux? et mieux aucune de ses affirmations n’ont été démenti par les concernés. Preuves qu’il ne dis que la vérité

Répondre
pro 27/07/2016 - 15:24 at 15:24

la confidentialité qui enveloppe les détournements les actes malsains les trahisons parce que au fait le peuple est trahi.estimons nous heureux qu’il ait des gens suffisamment juste pour nous informer de ce que les volleurs font de nos impôts.dans quel pays ou monde sommes nous enfin pour ne pas apporter un soutien indéfectible aux gardiens du temple ? dix sonko dans les couloirs de l’état et la fin de la cupidité

Répondre
AD 30/07/2016 - 16:35 at 16:35

C’est honteux. Les premiers responsables à qui nous avons confié la gestion du pays volent sans scrupule et impose le silence aux patriotes . Taisez-vous

Répondre
elidja 27/07/2016 - 10:54 at 10:54

courage monsieur SONKO. Quand on a la vérité avec soit on ne craint rien ni personne. La république a besoin de jeunes sentinelle comme vous. les hommes passent les institutions demeures.

Répondre

Laissez un commentaire