Il est temps de nous regarder devant une glace 

Lorsque les marchés prenaient feu, à tour de rôle, on trouvait le malin plaisir d’accuser Satan. Quand les pirogues défectueuses et ne respectant aucune norme sombraient avec des victimes à la pelle, on indexait, également, le diable. C’est le même coupable, lorsque des pêcheurs étaient portés disparus. 

Idem, si les accidents de la route provoquaient une cascade de victimes. Même lorsqu’on laisse des gens élever, sans aucune qualification, des pitbulls et que ces chiens enragés arrachent la chair à de pauvres citoyens, on accablait, également, Satan.

Malheureusement, dans le contexte actuel, il est impossible de nous défausser sur le diable. Car, pendant le mois béni de ramadan, il est ligoté et cloué sur une place, d’où il ne peut point bouger durant les 30 jours de jeûne.

Alors, il est grand temps que nous ayons le courage de nous regarder devant une glace et de faire notre propre introspection. Sinon, nous risquons pire.

Mame SAGAR (Billet-SourceA)

Laisser un commentaire