A LA UNE News Politique

La Cour suprême casse l’ordonnance du juge sabassy Faye : des avocats d’Ousmane Sonko crient au scandale

La déception était grande ce vendredi après le délibéré de la Cour Suprême et elle se lisait sur les visages des avocats de défense d’Ousmane Sonko. Les confrères de Me Ciré Clédor Ly étaient presque sûrs que la Cour suprême allait trancher en leur faveur en rejetant le recours introduit par l’agent judiciaire de l’Etat contre l’ordonnance du juge Sabassy Faye. Ils étaient rassurés d’autant plus que le procureur général a suivi leur logique en demandant à la Cour de rejeter ledit recours car, selon lui, le tribunal départemental a dit le droit en annulant la mesure de radiation d’Ousmane Sonko et en ordonnant sa réinscription sur les listes électorales.

Ce n’est qu’après l’annonce du retrait de l’une des conseillères, Aïssatou Diallo Bâ, pour ne pas la nommer, qu’ils ont commencé à comprendre que les carottes sont cuites. En effet, après une suspension de 2h, le président de la Cour suprême a invité le greffier à noter dans le plumitif que la conseillère Aïssatou Diallo Bâ s’est retirée après le délibéré. Chose faite, elle a demandé à la greffière de relire à haute voix ce qu’elle a inscrit. Ce n’est qu’à la suite de cela qu’il a commencé à lire le délibéré. Mais, pour certains avocats de la défense, il n’y a plus d’espoir.

«Lorsque le juge a annoncé le retrait de la conseillère, je me suis dit c’est fini, nous avons perdu ce procès», a d’ailleurs confié une des robes noires. «Une conseillère qui assiste au débat et qui à la fin se retire parce que certainement, il y a des choses qui se sont dites et qu’elle ne partage pas, ne mérite pas de commentaire à mon niveau. Que chacun apprécie à sa façon», dira pour sa part Me Ciré Clédor Ly. Il n’a pas manqué de déplorer la décision de la Cour Suprême de refiler le dossier à une autre juridiction.

Pour lui, cette haute juridiction avait la possibilité de vider cette affaire d’autant plus qu’aucun délai n’est fixé au tribunal hors classe de Dakar, pour vider cette affaire. En d’autres termes, explique-t-il, «cette juridiction a la possibilité d’attendre la fin des parrainages pour appeler l’affaire à la barre. Ce qui, estime-t-il, «écartera définitivement Ousmane Sonko de la course pour la présidentielle».

Actusen.sn

Dans la même rubrique...

A Londres pour prendre part à la 20e édition du forum mondial sur l’éducation : Moustapha Guirassy partage la vision du Sénégal pour une société éducative inclusive et efficiente

Actusen

Pouvoirs surnaturels à Yeumbeul : comment la jeune fille de 16 ans a été dépouillée de son argent par un étranger

Actusen

Médina Baye : Cheikh Mahi Niass formule des prières pour la libération de Bah Diakhaté et Imam Ndao

Actusen

Laissez un commentaire