Contribution

LES HOMOSEXUELS VEULENT PRENDRE LE POUVOIR POLITIQUE

Les homosexuels ont gagné du terrain. Ils sont de plus en plus visibles. Ils ont de plus de droits au nom des « droits humains ou des personnes » en Europe et aux Etats. Ils ont obtenu le droit de se marier entre eux et de fonder un couple. Ils veulent adopter des enfants que d’autres personnes en couple ou pas ont mis au monde. Mais pourquoi ?

Ils ont réussi à entrer dans l’armée aux Etats Unis. Sacrée performance. Ce n’est pas suffisant. Ils sont dans la politique. Ils sont élus maires en Europe et aux Etats Unis. Maintenant, ils veulent devenir présidents.

Et pour se rendre de plus en plus visibles et pousser l’opinion à les excepter, les homosexuelles ont réussi à présenter Mounir Baatour candidat homosexuel à la présidentielle de la Tunisie en 2019.  Et pourtant, en Tunisie, l’homosexualité est punie de trois ans de prison. Comment a t’il osé afficher son homosexualité et se présentait comme défenseur des droits des LGBTQ ? Ce courage ne sort pas du néant.

Heureusement, Mounir Baatour n’a pas été élu en Tunisie. Aux Etats Unis, Pete Buttigieg, est engagé dans les primaires des Démocrates. Il a le vent en poupe et peut gagner les primaires. Pourquoi pas la présidentielle.

Si, Mounir Baatour n’a pas été élu en Tunisie, il a réussi par contre à rendre plus visibles les homosexuels dans son pays et dans le monde. Etre homosexuel et être candidat est désormais possible. Ce combat est définitivement gagné. La prochaine étape consistera à gagner les élections prochaines. Pourquoi pas la présidentielle. C’est la même logique avec la candidature de Pete Buttigieg.

En Afrique de l’Ouest, ils n’ont pas encore réussi cette prouesse malgré les puissants lobbys des Etats Unis et du Canada. La pression exercée sur Sénégal vise dans un premier temps à concéder des « droits aux homosexuels » et dans un second temps à créer les conditions de déclaration ouverte de l’homosexualité.

Et la finalité de toute cette entreprise, vise à prendre le pouvoir politique pour se développer et se protéger.

Pour arriver à leurs fins, les homosexuels usent principalement de deux stratégies, l’une conditionnant l’implantation ou l’avènement de l’autre : la banalisation de l’homosexualité et la liaison de l’homosexualité aux droits humains ou des personnes.

Pour la banalisation, les homosexuels créent des évènements pour que la presse parle d’eux. Ainsi, ils gagnent par le bais de la couverture médiatique et des retombées qui en découlent de la lisibilité et de la visibilité. Avec le temps, à force de répétition, , l’opinion finit par se familiariser avec et à être indifférente ou tolérante.

La présence de la question de l’homosexualité dans l’entretien de Barack Obama en 2017 et dans celui de Justin Trudeau, le Premier ministre canadien en 2020 avec le Président Macky Sall participe dans cette entreprise de banalisation.

En ce qui concerne la liaison de l’homosexualité aux droits humains, cette stratégie a seul et unique objectif de vouloir légaliser et légitimer le droit d’être homosexuel. Les homosexuels et leurs acolytes en ont fait une question des droits humains ou des personnes. Or ce n’est pas une question des droits humains ou des personnes. Il s’agit d’une greffe idéologique aux droits humains ou des personnes qui s’écarte de la simple logique de la vie humaine. Au nom des droits humains, peut-on se permettre de tous les droits y compris le droit de d’être ce que l’on veut et se comporter comme on veut.

Pourquoi l’homosexualité relèverait-elle d’une question de droits humains ou des personnes, alors que le vol par exemple est interdit ?  Et pourtant, chez les « Manodj», le vol est une vertu, un baromètre social qui différencie les hommes. Pour les manodj, un véritable homme est celui qui aura fait preuve de capacités indéniables de voler les biens d’autrui.  Si le fait d’être un homosexuel est un droit pourquoi pas le fait d’être voleur n’est pas un droit ?

Si un homosexuel devient Président comment va-t-on l’appeler ?  Monsieur le Président ou madame la Présidente ? C’est selon. Participant à des évènements, ils vont se présenter en couple. Deux hommes en couple, devant les caméras du monde entier !

A-t-on imaginé le traumatisme que cela causerait à nos enfants ? Deux hommes qui s’embrassent et qui se disent mari et femme, à la plus haute station de la République ? C’est le monde à l’envers. La fin de la famille. Pire, la fin de la civilisation. Un « big bang social » qui fera disparaitre toutes les valeurs de civilisation que l’humanité a mis plusieurs millénaires à construire.

Il faut saluer le courage du Président Macky Sall devant les assauts des Etats Unis d’Amérique et du Canada visant à enterrer nos convictions religieuses, culturelles et sociales dans les abimes abyssaux de l’homosexualité et du mariage pour tous. L’histoire retiendra qu’il n’a pas été complaisant et qu’il a nous sauvé de l’implantation d’un monde à l’envers dans lequel nos enfants ne se reconnaitront pas.

Vive le Sénégal !

 Vive la République !

Par Baba Gallé Diallo

Email : babadediana@gmail.com

Dans la même rubrique...

La Ministre sud-africaine des Relations Internationales et de la Coopération s’emmêle les pinceaux au Conseil de Sécurité de l’ONU

Actusen

Ordonnance sur le droit du travail…cette parenthèse normative qui se referme

Actusen

Amnesty International, une risée mondiale (par Brahim Ben Barek)

Actusen

Laissez un commentaire