A LA UNE News Société

L’Université Virtuelle du Sénégal/Section Kaolack carbure à 100/H : elle produit 1000 chômeurs par an

C’est une révélation qui fait froid dans le dos. Et elle a faite au détour d’un Atelier de deux jours initié, à Kaolack, par la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) et portant sur la production d’un document de proposition en vue des Revues sectorielles de l’éducation publique.

A cette rencontre à laquelle prennent part les membres de la Société civile et les acteurs de l’éducation, il a été révélé que l’Université Virtuelle du Sénégal produit, chaque année, 1000 chômeurs. A ce tableau déjà ombrageux, vient se greffer le report de l’ouverture de l’Université du Sine Saloum El Hadji Ibrahima Niass à 2016.

Le bon fonctionnement de l’Enseignement supérieur préoccupe beaucoup les membres de la Société civile dont la Cosydep qui est en train de mener des réflexions sur l’amélioration de la qualité de l’enseignement au niveau supérieur. A cet effet, la Coalition des Organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique initie, à Kaolack Commune, un atelier de partage et d’échanges pour la production d’un document de propositions en vue des Revues sectorielles de l’éducation publique.

Les participants tous des acteurs du Secteur éducatif ont soulevé la lancinante question liée au fonctionnement de l’Enseignement supérieur au Sénégal, qui pose, de plus en plus, problème. Dans la région de Kaolack, les débats ont beaucoup tourné autour de la mise en place de l’Université Virtuelle du Sénégal/Section Kaolack, qui tarde encore à fonctionner, de façon normale. Selon le Président du Collectif des étudiants de l’ENO de Kaolack, Serigne Bassirou Guèye, ces derniers sont laissés à eux-mêmes, car travaillant dans des conditions précaires.

«L’ENO de Kaolack manque de tout. Nous étudions dans un abri provisoire, dont la capacité d’accueil est assez faible pour accueillir plus de 700 étudiants. A cela, s’ajoute le manque de matériels informatiques devant permettre de suivre les cours de façon périodique et constante”, se plaint-il. Poursuivant, Serigne Bassirou Guèye ajoute que “la promotion de 2013 était au nombre de 50 pour les étudiants qui ont choisi les Sciences juridiques et politiques. En 2016, il n’y a que 7 étudiants qui continuent à suivre les cours. C’est pour vous dire que l’UVS est la plus grande Université pourvoyeuse de chômeurs dans ce pays”.

Autre partie du tableau ombrageux de ce Temple du Savoir : “chaque année, nous comptons, à peu prés, 1000 chômeurs issus de cette Université, il est temps donc de tirer la sonnette d’alarme », martèle-t-il.

L’ouverture de l’Université du Sine Saloum El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack, prévue pour l’année 2016 et qui a été finalement reportée à 2017, a été aussi abordée, lors de cet Atelier. Ce point sera donc mentionné, dans le document qui sera proposé aux autorités, lors des Revues sectorielles de l’éducation publique. En attendant la tenue de cette rencontre, les participants  ont demandé à ce que l’ouverture soit effective au grand bonheur de tous les acteurs du système éducatif kaolackois. 

Makhoudia Sarr, Correspondant Actusen.com à Kaolack

Dans la même rubrique...

Sandiara : La brigade de proximité saisit 106 kg de chanvre indien

Actusen

Entre la rue et les experts, «Thiompal» a fait son choix

Actusen

Coronavirus : 15 enseignants testés positifs  

Actusen

Laissez un commentaire