News Politique

Pas disposé à retirer sa plainte, pour quelle que raison que ce soit : Ousmane Tanor Dieng fait décocher ces flèches meurtrières contre Khalifa Sall et Cie

Le Parti socialiste n’entend pas lever le pied de l’étrier dans le cadre de la plainte déposée contre certains jeunes, suite aux violences survenues à son Siège, le 5 mars 2016. C’est du moins ce qui ressort de la rencontre du Bureau politique de ce mercredi.

 

En effet, le Parti socialiste n’envisage pour rien au monde de retirer, de quelle que nature que ce soit, la plainte déposée par le Secrétaire général national du Parti. “Nous ne pouvons pas saisir la Police et le Procureur, et après, il y a des gens qui viennent pleurnicher”, a déclaré à qui veut l’entendre la formation politique.

Quid des récentes sorties de responsables socialistes comme Bamba Fall, maire de Médina, et Khalifa Sall, édile de la capitale sénégalaise, qui demandent qu’on lâche les basques aux jeunes convoqués devant les enquêteurs de la Division des investigations criminelles? Alors, là, la réponse du Ps tombe sèche : “que d’autres personnes, au nom de qui ils (Ndlr : jeunes) sont censés faire cela (Ndlr : les violences) vitupèrent et font dans le bavardage”, ne saurait faire changer de position au Parti.

D’ailleurs, à ce sujet, le porte-parole du Ps, Abdoulaye Wilane, a décoché une flèche assassine à l’endroit de Khalifa Sall. “S’il (Ndlr : Khalifa Sall) est convaincu que ces gens ont fait quelque chose, au point qu’il veut assumer, il n’a qu’à le dire à la Police”.

Pour rappel, le maire de Dakar a déclaré, avant-hier, sur les ondes de la Rfm qu’on laisse tranquilles les jeunes qui sont convoqués à la Police et que si c’est lui qui est visé qu’on le convoque. Avant de jouer à se faire en ces termes : “je connais beaucoup de choses, que j’ai tues jusqu’ici”.

Actusen.com

 

Dans la même rubrique...

Covid-19 au Sénégal : deux nouveaux décès enregistrés

Actusen

Riposte contre le Covid-19 : Les femmes du département de Fatick font un don de 20 000 masques

Actusen

Abdoulaye Bousso après l’allègement: «on peut passer à une situation beaucoup plus grave si les mesures barrières ne sont pas respectées»

Actusen

Laissez un commentaire