Contribution

Pour mémoire et par devoir (Contribution-réponse á M. Alioune Ndao Fall, Sécretaire national chargé de la diaspora Apr)

C’est avec effroi que j’ai parcouru le grand ramassis de contre vérités qui vous sert d’argumentaire dans votre volonté maladroite de discréditer l’Entente des Forces de l’Opposition (EFOP), au nom d’une sacro-sainte et subite ambition de défendre les Sénégalais de la diaspora que nous sommes.

La qualité d’intellectuel que je vous concède volontiers, devrait pourtant vous dispenser d’emprunter les voies tant sinueuses de la diffamation et du dénigrement aux seules fins d’assouvir vos ambitions purement carriéristes et électoralistes.

Cher Monsieur, votre qualité de tenants du pouvoir devrait vous inscrire dans la perspective de porter le Sénégal au pinacle de l’émergence.Malheureusement,vous avez choisi de nous diriger droit dans l’abîme de la cécité intellectuelle face aux positions pertinentes d’une opposition mature, de rupture et de propositions.

Dans votre logique saugrenue de diabolisation, vous avez osé déclarer que les leaders de l’EFOP « méprisent » les Sénégalais de la diaspora.

Vous poursuivez vos diatribes en insinuant que l’EFOP serait contre l’attribution de députés á la communauté diasporique.

En torturant d’aussi vile manière votre métabolisme psycho-sensorielle face á la vérité, vous oubliez  que grâce aux autoroutes de information,nos compatriotes de la 15eme région dont je suis, sont aussi proches de la réalité du pays que  ceux restés au terroir.

Qui plus est, vous ne pouvez avoirle monopole de la considération ni du respect à leur endroit

M’astreignant le devoir impérieux de restaurer la vérité stricte des faits, je m’impose un seul et unique exercice :renvoyer nos lecteurs aux archives de la presse écrite, orale et audiovisuelle issue de la conférence des leaders de L’EFOP dont le échos tiennent expressément á ceci :

«La position de la conférence des leaders de l’Efop est de vous dire que nous sommes contre l’augmentation du nombre de députés à 160, mais notre coalition soutient la création de postes de députés de l’étranger et propose que les 10 députés dédiés à nos compatriotes à l’étranger, soient prélevés sur les listes départementales majoritaires». 

Cette déclaration de l’ancien ministre et ancien député Aliou SOW en sa qualité de porte-parole du jour,dément formellement vos allégations et clos le faux débat que vous tentez vainement de soulever

Je vous fait retenir que pour étayer ses propos,Il poursuivait: « Cela permettra d’avoir des listes paires au niveau des départements afin d’avoir une Assemblée nationale paritaire, ou tout au moins plus proche de la parité».

Il va sans dire que face á l’impérieuse nécessité de rationalisation des maigres ressources du pays, cette option de prélever sur l’existant en lieu et place  d’augmenter le nombre des députés garde toute sa pertinence. Encore faut t’il en être conscient.

En adoptant cette posture, l’EFOP remplie deux obligations majeures qui incombent à toute opposition responsable: Marquer de manière objective son désaccord face aux propositions de la majorité, mais aussi et surtout apporter des solutions alternatives.

Loin de vous satisfaire de vos arguties évoquées supra, vous embrayez sur la diminution puis l’augmentation du nombre de députés par Me WADE entre 2000 et 2007,lui qui fit passer la représentation parlementaire de 140 à 120, puis de 120 à 150 députés. Je ne me hasarderai pas ici à épiloguer sur l’opportunité ou non d’une telle entreprise, mais je souhaite simplement titiller votre si sélective mémoire en vous rappelant, que c’était bien sur les conseils certainement “très avisés” de votre mentor Macky  Sall à l’époque directeur de campagne du Pr Wade á la présidentielle.

Toujours dans votre volonté de falsifier l’histoire,vous faîtes l’omerta sur la position de l’EFOP de dénoncer toute forme de confirmation individuelle,physique et verbale par le citoyen lors de l’inscription sur les listes électorales dans le cadre de la refonte du fichier.En effet, pour l’EFOP, la seule présence physique suffit largement pour être à la fois sur le fichier et avoir sa carte d’identité Cedeao.» Nul besoin pour le citoyen de marteler sa volonté d’acquérir un droit aussi élémentaire que celui de vote.

Assurément, c’est ça le mépris, et il vient de votre camp et celui de vos alliés.

Toujours concernant le fichier électoral, l’Entente des forces de l’opposition a suggéré que sa gestion soit confiée à la Cena, avec comme bras technique l’Ansd, qui nous le savons, dispose de l’ensemble des informations essentielles en matière de planification et de développement. Cette démarche innovante permettrait alors le règlement définitif des contentieux qui portent sur le fichier et la carte d’électeur.

Souffrez donc cher Monsieur d’avoir désormais en face de vous une opposition mature, aguerrie imprégnée des aspirations de nos populations, et qui, par la force de l’argument est assurément une alternative á l’inertie de votre gouvernance.

Souffrez surtout que les Sénégalais de la diaspora que vous tentez d’embarquer dans une campagne prématurée pour le choix de leurs futurs représentants á l’assemblée nationale, soient insensibles á vos manoeuvres viles et de vaine utilité.

Sokhna Oumy NIANG

Membre fondatrice du parti

Les Démocrates Réformateurs LDR/Yessal

Coordonnatrice provisoire de LDR/ Yeesal / Italie

Membre de la coalition EFOP

 

 

Dans la même rubrique...

Les Chapitres XI à XIV du Protocole de l’Elysée de TAS (suite)

Actusen

Charlie persiste, la France s’entête et la menace se confirme de jour en jour.

Actusen

MAWLID Thiès 2020 : Le GRIN, Groupe de Réflexion et d’Initiatives des Ndieguene analyse les impacts de la Covid-19 sur notre spiritualité?

Actusen

Laissez un commentaire