Billet

“Tel père, tel fils”

“Buur” Fatick a piqué de Gorgui, son mentor d’antan, un sacré héritage. Eh bien, “Paabi” règne en divinité, depuis 1974, à la tête du Parti démocratique sénégalais. Où il crée, promeut et tue les siens.

A l’Alliance pour la République, aussi, Niangal trône sous les habits d’un dictateur. Qui n’a aucun respect pour les textes de ses prairies marron-beige.

La preuve, Macky a, en dépit de la limite d’âge qui frappe Thérèse Faye à la tête de la Cojer, décidé de maintenir sa fille-chérie à son poste. N’en déplaise aux contempteurs de celle-ci !

Alors, quand Sa Majesté dit que c’est lui qui nomme et dégomme les responsables de son Parti, difficile de lui en tenir rigueur.

Parce que tout simplement, l’homme étant “élevé” sous la tente de la “divinité” libérale qu’il a longtemps vénérée, permettez quand même à l’adage qui dit “tel père, tel fils” de ne pas mentir.

Boy Mélakh

Dans la même rubrique...

Les frères ennemis de l’opposition

Actusen

Seuls les imbéciles ne font pas amende honorable

Actusen

La psychose du vaccin

Actusen

Laissez un commentaire