Affaire Grégory: deux membres de la famille déférés devant le parquet de Dijon

C’est l’une des plus grandes énigmes criminelles françaises. L’affaire Grégory, c’est un petit garçon de 4 ans retrouvé mort dans les Vosges, dans l’est de la France, il y a plus de 30 ans. Les enquêteurs n’ont jamais retrouvé le ou les assassin(s). Mais ce vendredi 16 juin 2017, deux membres de la famille ont été déférés au parquet général de Dijon.

C’est un spectaculaire rebondissement dans l’affaire Grégory. Jacquelin Jacob, 85 ans, et son mari Marcel, 71 ans, grand-oncle du petit, oncle de Jean-Marie Villemin, père de Grégory, sont arrivés à la cour d’appel de Dijon ce vendredi matin. Ils devraient être présentés tous les deux à un juge d’instruction.

Ils sont soupçonnés de complicité d’assassinat, de non dénonciation de crime, de non assistance à personne en danger et d’abstention volontaire d’empêcher un crime. Jacqueline Jacob a gardé le silence pendant sa garde à vue, qui avait commencé mercredi. Elle n’a pas dit un mot.

Son mari Marcel Jacob, de son côté, s’est contenté d’affirmer qu’il ne se souvenait de rien face aux gendarmes qui tentent de percer le mystère de la mort du petit garçon de 4 ans. Grégory avait été retrouvé dans une petite rivière, la Vologne, pieds et poings liés, en octobre 1984.

Les enquêteurs ont procédé à de nouvelles expertises graphologiques des lettres manuscrites de menaces et autres courriers anonymes qui nourrissent ce dossier ancien, qui a marqué de nombreux esprits en France. Et ces nouvelles expertises orientent clairement les soupçons sur Jacqueline Jacob.

Mais lors de sa première conférence de presse, jeudi 15 juin, le procureur de Dijon, Jean-Jacques Bosc, a affirmé que les investigations montraient qu’en fait, plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime !

Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here