Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Pape Abdoulaye Seck, a présidé, ce mardi à Dakar, la 12ème Assemblée générale du Conseil Ouest et Centre Africain pour la recherche et le développement agricole (Coraf). Cette cérémonie portée sur le thème «quel avenir du Coraf dans les environnements régionaux et internationaux en constante évolution ?» a été l’occasion pour le Ministre de vanter les résultats de son département sur le plan économique.

«Notre pays a connu une croissance de 7,2 % et l’agriculture a apporté la plus grande contribution avec 16,8%. Dans ce pays qui est le Sénégal, l’agriculture n’est plus un wagon de la croissance économique mais elle est plutôt une locomotive de la croissance économique», a-t-il magnifié devant les participants issus des 23 pays membres de cette association internationale. Poursuivant, Pape Abdoulaye Seck justifie ses propos à travers trois facteurs principaux.

«D’abord dans la vision du Président de la République Macky Sall, l’agriculture est considérée comme la force motrice pour l’avènement d’un Sénégal émergent. Ensuite on a le décodage qui, à travers le programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise, mise sur l’appropriation, l’incorporation d’innovation technologique pour transformer positivement et durablement l’agriculture sénégalaise. Et enfin l’augmentation des investissements publics concernant le secteur agricole pour qu’on puisse être dans une dynamique de meilleure valorisation des capacités productives de nos écosystèmes», ajoute-t-il.

Aussi le Ministre qui a beaucoup insisté sur la réflexion, a recommandé certaines préoccupations qui, selon lui, peuvent permettre à l’agriculture d’être dans une dynamique de croissance ininterrompue. «Nous devons créer des systèmes d’innovation pour transformer les impacts potentiels en impacts réels, mettre en place un financement conséquent de la richesse dans le monde entier, renforcer la coopération avec les instituts de recherche agricole avancée et approfondir le dialogue avec les décideurs politiques et les utilisateurs des résultats de la recherche», a déclaré le Ministre de l’agriculture et l’équipement rural.

Il a, par ailleurs, exhorté les chercheurs à faire «développer des synergies entre les universités et les instituts de recherche agricole finalisée pour avoir les masses critiques afin d’aller à l’assaut des grands problèmes de développement. Mais aussi, intensifier l’agro écologiste pour mieux concilier les enjeux socio économiques, environnementaux et de santé publique et développer des capacités d’anticipation face aux changements climatiques».

Mansour SYLLA, Stagiaire (Actusen.com)

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here