Osons l’appeler comme ça : le discours envoyé à la presse, dimanche dernier, par le Président de «Rewmi», au détour de sa participation au Réseau libéral africain, relève d’une grosse duperie. Pour cause, selon les informations de SourceA, premièrement, lors de cette rencontre des libéraux, à Accra, Idrissa Seck s’est exprimé lors d’un Atelier, alors que beaucoup croyaient qu’il avait fait sa sortie en plénière.

Deuxièmement, dans son speech prononcé en Anglais, en lieu et place du Français, le Président du Conseil départemental de Thiès n’a jamais mentionné le nom de Khalifa Sall, encore moins ne l’a défendu, comme prétendument annoncé.

Troisièmement, l’ancien maire de Thiès, dont le discours a été écourté, parce qu’arrivé en retard, ce jour-là, n’a pas énoncé, confie-t-on à SourceA, le nom du Président Macky Sall, qu’il a rebaptisé Maoïste. Même s’il a, littéralement, foudroyé le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye. Par ailleurs, il y a eu coup de tonnerre, lors de cette rencontre d’Accra, lorsque le député Apr, Me Djibril War, sûr de la victoire, en 2019, de Macky Sall, a dansé le tango avec l’opposition au sujet de la revendication de celle-ci qui cristallise toutes les passions.

Ça s’appelle une arnaque ! Elle porte les empreintes du chef de file de «Rewmi» et a été perpétrée à l’endroit de la presse sénégalaise. En effet, d’après des informations de SourceA, le  moins que l’on puisse dire est que le discours que Idrissa Seck a envoyé aux médias, depuis Accra où il prenait part au Réseau libéral africain n’a rien à voir avec celui qu’il a, réellement, prononcé sur place. En un mot comme en mille, le texte exploité par la presse sénégalaise, dimanche dernier, et qui a fait le buzz, avant-hier lundi, était différent de celui que le Président du Conseil départemental de Thiès a lu, lors de cette rencontre.

D’abord, d’après des confidences concordantes faites à SourceA, l’ancien maire de Thiès n’a pas lu son discours en français. Il l’a, plutôt, lu en Anglais. Or, chaque intervenant a été prié de s’adresser à l’assistance, selon la langue de travail de son pays d’origine. Et, les traducteurs se chargeaient du reste. Mais pour on ne sait pas trop quelle raison, le leader de «Rewmi» a préféré s’exprimer en Anglais, au détriment de la langue de Molière. Selon toujours les infos glanées parSourceA, lors de cette rencontre dont le thème portait sur «Les Économies Libérales : Plus de Liberté et d’équité : A la recherche de la croissance et de l’économie africaine», l’ancien édile de la Cité du rail a pris la parole, lors d’un des Ateliers. Donc, pas au cours de la plénière.

Durant l’Atelier, Idrissa Seck s’est, non seulement, exprimé en Anglais, mais aussi, n’a nullement, énoncé le nom de Khalifa Sall ou de Macky Sall maoïste

Ensuite, Idrissa Seck n’a, nullement, caricaturé le Président de la République, Macky Sall, comme un Maoïste devenu libéral.  Et, contrairement à la teneur de son speech parvenu à la presse et à travers laquelle il se fait l’Avocat de Khalifa Sall, le boss de «Rewmi» n’a, dit-on, à aucun moment de son temps d’antenne, fait allusion à la détention du maire de Dakar. Même s’il a brocardé la confiscation des libertés sous l’actuel régime.

Tout comme, quand, depuis Accra, l’ancien Premier ministre sous le défunt régime libéral dit avoir lancé «un appel solennel au Président Macky Sall, un maoïste devenu libéral, pour qu’il libère le prisonnier politique Khalifa Ababacar Sall, Député-maire de la capitale sénégalaise, héritier légitime du socialiste Léopold Sédar Senghor», la vérité semble plus prosaïque. Dans la mesure où, selon toujours les infos de SourceA, le Président du Conseil départemental de Thiès n’a pas pris date avec Macky Sall, le 30 mars prochain, coïncidant avec le délibéré du procès du responsable socialiste, dans le cadre de la Caisse d’avance de sa Municipalité. Pour laquelle, il est poursuivi pour présumés détournement, faux et usage de faux, entre autres, portant sur 1,8 milliard F Cfa.

Or, dans le texte remis aux médias, Idrissa Seck disait : «le 30 mars prochain, le monde entier saura si le Président Macky Sall a renoncé ou pas à se servir de la justice pour emprisonner ou déporter des adversaires politiques. Tous les Libéraux du monde dont Il proclame faire partie devront y veiller fermement et j’y prendrai toute ma part, à côté de l’opposition sénégalaise et des forces vives de la Nation».

L’implacable réquisitoire d’Idrissa Seck contre le ministre Aly Ngouille Ndiaye

Par contre, lors de l’Assemblée générale du Réseau libéral africain, l’ex-maire de Thiès s’est plaint de la restriction des libertés, ainsi que de ce qu’il qualifie d’instrumentalisation de la Justice par le régime en place. Autre sujet évoqué par Idrissa Seck : la gestion, dans des conditions opaques, des ressources naturelles par le Pouvoir de Macky Sall. Ce n’est pas tout. Parce que le patron de «Rewmi» s’est, littéralement, défoulé sur le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Et pour ce faire, il a, vigoureusement, dénoncé le processus électoral en cours. Refusant de desserrer l’étau autour d’Aly Ngouille Ndiaye, Idrissa Seck, l’un des plus farouches opposants au régime de Macky Sall, a laissé entendre, lors dudit Atelier du Réseau africain libéral, que le premier flic du Sénégal s’est même offert le luxe permissif de dire, publiquement, qu’il ne ménagera aucun effort, pour faire réélire l’actuel Président de la République.

Me Oumar Youm vante les mérites du Plan Sénégal Emergent

Quid de Me Oumar Youm, qui conduisait la délégation de l’Alliance pour la République ? Alors, dans sa communication, le Directeur de Cabinet du Président Macky Sall a dressé un bilan élogieux du Président Macky Sall. Pour ce faire, le responsable Apr de Mbour a vanté, confie-t-on à SourceA, ce qu’il qualifie de politiques publiques de bonne gouvernance sobre et vertueuse qui combat la corruption et l’impunité, dont la déclinaison avec le Plan  Sénégal Émergent a fait passer le taux de croissance du Sénégal de 2, 7 à 7/100 aujourd’hui avec des réalisations à tous les niveaux».

Ce que sait et ignore le Service de Com’ d’Idrissa Seck

Joint, par téléphone, par SourceA, le chargé de Communication de l’ex-Premier ministre sous le défunt régime libéral, persiste et signe : «c’est le discours lu en Anglais, qui a été traduit en Français», dit Pape Abdou Mané. Quid du fait que Idrissa Seck n’a pas, dit-on, prononcé, à aucun moment, le nom de Khalifa Sall et de Macky Sall ? Là, notre interlocuteur se la joue prudent. «Je n’ai pas été à Accra, pour pouvoir te dire, avec exactitude, ce qu’il a dit ou ce qu’il n’a pas dit. Tout ce dont je suis certain, c’est que c’est la version du discours en Anglais qui a été envoyée aux médias », explique la courroie de transmission entre «Rewmi» et les médias. Est-ce parce qu’Idy n’a pas, alors, pu lire tout son discours, car interrompu, qu’il n’a pas, effectivement, évoqué le cas Khalifa Sall ? A cette question, Pape Abdou Mané rétorque : «peut-être, c’est possible».

Dépassée par le coup de massue d’Idy, l’Apr n’écarte pas de saisir le Réseau libéral africain

Mais disons-le, tout de suite : la délégation de l’Alliance pour la République a été, nous dit-on, parcourue de frissons, lorsqu’Idrissa Seck s’en est pris au processus électoral et à la gestion des ressources naturelles (gaz, pétrole…), à l’occasion de cette rencontre. En effet, Idrissa Seck et Oumar Youmar, qui partageaient le même hôtel et qui se retrouvaient en compagnie des autres membres des délégations de Rewmi (Yankhoba Seydi) et de l’Apr (Me Djibril War, Thérèse Faye, entre autres), vivaient dans une ambiance carnavalesque. Mieux, le Directeur de Cabinet de Macky Sall et Idrissa Seck se sont même échangé, parfois, des civilités, le tout teinté d’une ambiance bon enfant. C’est tout le sens qu’il faille donner au fait que les Apéristes ont été surpris, le lendemain, de constater que Idrissa Seck a envoyé à la presse un communiqué, qui ne cadre pas avec ce à quoi ils ont assisté.

D’ailleurs, selon certaines indiscrétions, le Parti présidentiel n’écarte pas de saisir le Réseau libéral africain. Non seulement pour les sujets abordés par Idrissa Seck lors de cette rencontre et qui, selon eux, n’avaient aucun lien avec les thématiques. Mais aussi, parce que, quand des complaintes comme celles faites par Idrissa Seck doivent se faire, leurs auteurs doivent les faire dans le cadre de résolutions qui seront, par la suite, portées à la connaissance des régimes incriminés.

Toutefois, les Apéristes ont dû se consoler avec cette petite note, plus ou moins gaie, après le coup «seck» qui leur a été administré par le patron de «Rewmi». La raison ? Les Présidents sénégalais et ivoirien, Macky Sall et Alassane Ouattara, ont été, chaleureusement, félicités par le Réseau libéral africain, pour les performances réalisées dans leurs pays respectifs et qui font honneur au libéralisme, de manière générale.

Coup de tonnerre : Me Djibril War demande au Président Sall de satisfaire l’opposition, en créant une Direction Autonome des Élections diversement constituée…

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, c’est Me Djibril War qui a créé la surprise, lors de cet Atelier. Au motif que, contre toute attente, le député de l’Alliance pour la République, connu pour sa liberté de ton, et se disant convaincu de la réélection du Président Macky Sall au premier tour  de la Présidentielle de 2019, par une victoire éclatante, a préconisé, depuis Accra, que le Président Macky Sall satisfasse la demande de l’opposition. Ce, disait-il, ce jour-là, en nommant une Direction Autonome des Élections diversement constituée. La raison ? D’après toujours les infos en possession de SourceA, l’Avocat de formation a invoqué le fait que son mentor et son régime ne doivent pas donner l’occasion à l’opposition de contester cette victoire.

…lapide, à sa façon, les homosexuels et les lesbiennes

Autre sujet, sur lequel Me Djibril War a ergoté, a-t-on confié à votre canard : Djibril War sur la thématique «Religion et liberté de croyance» n’a pas manqué, en marge de la rencontre, d’attirer l’attention des libéraux des autres pays sur le fait que les libéraux du Sénégal attachent une importance particulière au respect des droits et des libertés. Toutefois, a-t-il averti : ils ne sont pas disposés à aliéner leurs croyances et valeurs culturelles et religieuses au point de légaliser la LGBT certaines pratiques comme l’homosexualité entre hommes et le lesbianisme entre femmes.
Issiaka TOURE (SourceA)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here