A situation exceptionnelle, mobilisation exceptionnelle. Les 330 candidats au baccalauréat du Lycée Alboury Ndiaye de Linguère se sont retrouvés au Centre Alé Badara Sy, qui était trop exiguë pour contenir la marée humaine venue prendre part à la cérémonie dénommée Journée de  synthèse philosophique animée par M. Bèye Professeur de Philosophie au Lycée Limamoulaye de Guédiawaye.

«La Journée de synthèse philosophique est devenue un peu une question de mode, mais le plus important, ce sont les enseignements que les élèves peuvent en tirer et le jour des épreuves anticipées, que ceux-la puissent leur être utiles», a déclaré M. Bèye.

En collaboration avec son collègue Daouda Guèye, Professeur au Lycée d’Ouakam, les deux enseignants chevronnés ont passé en revue les principaux problèmes que pose le programme de Philosophie, révisé avec les élèves, pris en compte leurs difficultés pour essayer de répondre à leurs interrogations.

Ils ont aussi appelé les candidats à la sérénité et à faire un bon choix, afin d’analyser le sujet et bien le comprendre, tout en évitant de rendre des copies bourrées de fautes.

Les potaches, gagnés par l’angoisse, ont suivi avec beaucoup d’intérêt les débats. Considérée comme une épreuve coriace, la philosophie demeure la bête noire des élèves, car, estime le Professeur Bèye, «les élèves ont des problèmes avec la langue française parce que la Philosophie n’est qu’un discours rationnel».

L’initiateur de la Journée de synthèse philosophique, Mamadou Mangane Mar, en partenariat avec le programme objectif Bac,  a parrainé la 8e  édition à la 1e Adjointe au maire de Linguère Tabara Mar Guissé. Il s’est réjoui du bon déroulement de ladite Journée. Et, a vivement remercié la marraine qui a dégainé 500 mille francs pour l’organisation de cette Journée, Mamadou Mangane Mar.

Moustapha Ndiaye, Correspondant à Linguère (Actusen.sn)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here