Les membres du Collectif des habitants de l’Ile à Morphil (Chiam) ont du mal à digérer le sort réservé à cette localité par les autorités de l’Etat. Le Coordonnateur Alpha Diop et ces camarades regrettent le fait que les habitants de cette zone soient juste considérés comme du bétail électoral auquel l’on promet monts et merveilles.

«Des promesses vite oubliées après chaque campagne électorale. Les candidats d’hier, heureux élus d’aujourd’hui oublient les promesses de solution à leur problème d’enclavement qui raye l’Ile à Morphil de la carte du Sénégal durant de longs mois dans l’année, l’absence d’électricité, les mauvais aménagements des terres et la problématique  de l’éternel chantier inachevé de l’hôpital de Cas-Cas. Cette structure sanitaire dont les travaux ont démarré en 2005 mais toujours inachevés traduit le manque de considération des autorités de l’Etat pour les habitants de cette localité perdue entre les fleuves Sénégal et le Doué», fustigent-ils dans un communiqué.

N’ayant aucun élu ou un responsable politique capable de défendre leurs intérêts, le Chiam appelle ainsi tous ses membres et sympathisants à se mobiliser et à dénoncer l’inaction des soi-disant acteurs politiques de la localité. Tout de même, il dénonce, avec fermeté, les contrevérités avancées par certains jeunes qui se réclament de Meer ou Amazones de Podor, qui n’ont aucun amour ni respect pour les intérêts de la population de l’île à Morphil.

Actusen.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here