ACTUSEN
A LA UNENewsPolitique

Arrestations tous azimuts : le mouvement F24 hausse le ton et tire la sonnette d’alarme

Le mouvement F24 avertit dans un communiqué, sur «ces moments de tension ambiante que vit le Sénégal et dénonce l’arrestation de nombreux leaders de l’opposition et de journalistes ces derniers temps». Voici à cet effet, l’intégralité de sa déclaration parvenue à ‘’Actusen’’.

« Le Sénégal vit dans une tension ambiante marquée par des arrestations tous azimuts depuis plusieurs mois. Malgré les appels à la paix, à la décrispation et à la désescalade, les autorités persistent et continuent d’édicter des mesures qui peuvent être assimilées à une traque des activistes, des opposants et des journalistes pour des prises de positions fondées sur la liberté d’expression. Une bonne partie des personnes poursuivies le sont pour des délits d’opinion. Ce climat de terreur entretenu est de plus en plus en contradiction avec les principes de l’Etat de droit et contribue à exacerber le climat social déjà tendu.

La F 24 précise que le régime de la garde à vue obéit à des règles strictes contenues dans les textes pénaux de la République du Sénégal. Mieux, toute détention doit s’inscrire dans un cadre formel et c’est pourquoi la plateforme ne saurait accepter que d’honnêtes citoyens soient victimes d’arrestations préventives dont le but est d’aller chercher, voire fabriquer ensuite des charges.

La F 24 dénonce les perquisitions de domiciles, sans mandat, et regrette la banalisation et le caractère liberticide des arrestations attesté par des chefs d’accusation identiques pour plusieurs personnes visées. La F 24 rappelle aux autorités que leur responsabilité sera pleinement engagée pour les arrestations arbitraires, pour tous les actes prohibés par la loi et qui violent les droits des citoyens.

Face à ces dérives qui menacent la sécurité des citoyens, la F 24 : Condamne les arrestations et détentions arbitraires de responsables de la Société civile et de l’opposition. Exige la libération immédiate des responsables de la Société civile et militants politiques arrêtés le 22 mai 2023 au-delà de 23 heures et dont la garde à vue n’a pas été notifiée Demande la libération des détenus politiques qui n’ont commis d’autres torts que d’exprimer une opinion contraire à celle de l’autorité ou de réclamer des droits élémentaires de manifestation.

Demande à l’Etat de respecter scrupuleusement ses obligations internationales en matière de sécurité juridique des personnes et de respect des droits humains. Recommande aux autorités administratives et judiciaires d’inscrire leurs actions dans le cadre de l’Etat de droit ».

Related posts

Après avoir été tabassé par des populations : un voleur succombe à ses blessures à Guédiawaye

Actusen

Drame de Boffa Bayotte: un nouveau juge en charge de cet épineux dossier

Revalorisation de la filière caprine à Fatick : Samba Ndiobène Ka remet un chèque de 100 millions aux éleveurs

Actusen

Leave a Comment