A LA UNE Actualité News

Attaques contre les enseignes françaises : Ousmane Sonko dénonce un échec des politiques économiques

Le leader du ‘’Pastef’’ s’est prononcé, ce mardi, sur les attaques subies par les enseignes françaises, lors des dernières manifestations. A cet effet, Ousmane Sonko a souligné qu’il n’y a rien de politique dans les revendications des casseurs. Citant l’exemple des ‘’gilets jaunes’’ en France, il a indiqué que les casses traduisent l’échec des politiques économiques et sociales du régime en place. « Ils n’ont pas pu résorber le chômage, amoindrir la pauvreté. Et quand des gens profitent de ces situations pour casser, ils vont là où il y a l’abondance. Ils n’avaient pas de revendications idéologiques, ce n’était pas notre combat. Nous le déplorons comme toutes les casses qu’ont subis les Sénégalais », dira-t-il.

Revenant sur le combat des mouvements ‘’Frapp’’ et ‘’Doyna’’ avec leurs slogans hostiles à la France, Ousmane Sonko a souligné que les deux plateformes citoyennes mènent un combat contre l’injustice, dans toutes ses formes et pour la souveraineté nationale. Pour le ‘’patriote’’ en chef, c’est le combat mené par le mouvement ‘’Frapp’’ contre le Franc Cfa qui a donné naissance à tous ces slogans contre l’ancienne colonisatrice.

« Nous voulons lever ces amalgames qui peuvent être perçus comme une animosité contre un pays ou un peuple. Ce qui n’a jamais été le cas. Nous travaillerons avec tout le monde. Tout ce que nous voulons et exigeons, c’est un partenariat beaucoup plus juste, beaucoup plus équilibré, où chacun sera gagnant », a fait savoir l’opposant du régime en place. Non sans rappeler que c’est seulement dans ces conditions que le Sénégal connaîtra le développement.

« Comme notre action politique est fondamentalement axée sur la souveraineté nationale, et la problématique du patriotisme, donc indépendamment des formes d’organisations qui peuvent être différentes, nous partageons énormément de choses avec ces deux plateformes. Notre politique est également orientée vers la lutte contre l’accaparement des ressources naturelles, halieutiques, foncières, ce que nous partageons avec ces plateformes », a-t-il expliqué.

Et Sonko de préciser : « avec la plateforme ‘’Frapp’’, par exemple, nous avons pu aborder certaines problématiques pour lever certains amalgames. Souvent, quand on parle de ‘’Frapp’’, on ajoute ‘’France dégage’’. Dans les discussions que nous avons toujours tenues avec mon frère et ami Guy Marius Sagna, j’ai toujours dit que nous n’avons pas de problème avec la France ».

Selon Sonko, le combat qu’il partage avec les activistes n’est pas mené contre un pays particulièrement. Ils veulent tous un partenariat gagnant-gagnant pour enfin développer le pays. « Nous ne voulons plus de ces relations déséquilibrées où on vient prendre nos ressources naturelles, halieutiques et nos marchés publics, alors que nos populations ont plus besoins de ces richesses pour combattre la pauvreté, et créer des emplois pour la jeunesse », a-t-lancé.

A en croire Ousmane Sonko, ce combat est légitime pour tout Etat. Toutefois, précise-t-il, ces revendications ne doivent pas être dirigées fondamentalement contre tel ou tel Etat. « Nous avons des relations séculaires avec la France avec beaucoup d’amis et de partenaires. Nous avons des acteurs politiques français qui tiennent ce discours autant que nous le tenons. Nous avons une entière confiance des peuples. Nous ne sommes pas dans cette logique et je crois que ça n’a jamais été la logique de Frapp », a expliqué le patriote en chef.

Actusen.sn

Dans la même rubrique...

Magal 2021 : la Police établit son quartier général à Touba avec 2570 hommes

Actusen

Magal Touba : 596 personnes déjà arrêtées pour des infractions diverses

Actusen

Covid-19 au Sénégal : 1 nouveau décès, 11 cas graves et 13 nouvelles infections

Actusen

Laissez un commentaire