A LA UNE News Politique

Attributions transversales au Sénégal et à l’étranger : Macky renforce les pouvoirs de Cheikh Kanté

Personne n’y a, forcément, prêté attention. Mais erreur ! Car récemment bombardé Envoyé spécial, en remplacement d’Aïssata Tall Sall devenue ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur à la faveur du récent remaniement gouvernemental, Cheikh Kanté va conserver la composition de son Cabinet, crèchera au sein de la Présidence de la République et aura des attributions transversales. Le tout teinté d’un rang de ministre d’Etat. Pour avoir toujours cultivé le consensus social, le nouvel Envoyé spécial, qui ne devrait pas être en terrain inconnu, l’ancien ministre en charge du Suivi du Plan Sénégal Emergent aura un mot à dire sur les Projets, les grandes réformes, entre autres gros dossiers. Et pourra représenter le chef de l’Etat, lors des rencontres d’Institutions internationales et des Conférences internationales.

On en sait davantage sur le nouveau visage que le président de la République a donné aux fonctions d’Envoyé spécial. Et, ‘’Source A’’ a appris que Macky Sall a collé plein d’attributs au successeur d’Aïssata Tall Sall, devenue ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur. En effet, même si beaucoup l’ignorent, l’ancien ministre chargé du Plan Sénégal Emergent (PSE), Cheikh Kanté, qui a été bombardé Envoyé spécial du chef de l’Etat, à la faveur du dernier remaniement ministériel, a rang de ministre d’Etat. A ce statut de prestige, vient se greffer le fait que, selon les indiscrétions parvenues à votre canard, l’ancien directeur général du Port autonome de Dakar va disposer de ses bureaux au sein de la Présidence de la République.

Avec un rang de ministre d’Etat, Cheikh Kanté conserve la composition de son Cabinet, crèchera au sein de la Présidence de la République et a des attributions transversales

Autre chose méconnue de l’opinion, jusqu’ici : Cheikh Kanté conservera l’intégralité de la composition du Cabinet, dont il disposait quand il tenait les manettes du Ministère en charge du Suivi du PSE. Macky Sall, ajoutent toujours nos sources, ne s’en est pas arrêté là. La raison ? Son homme de confiance aura des fonctions transversales, à l’intérieur comme à l’extérieur du Sénégal. En d’autres termes, Cheikh Kanté aura un mot à dire sur les Projets, les grandes réformes, entre autres gros dossiers. Quid des Institutions internationales et des Conférences internationales ? Il sera l’œil et l’oreille du chef de l’Etat, quand l’envie de lui confier des tâches en démangera Macky Sall.

Pour avoir toujours cultivé le consensus social, le nouvel Envoyé spécial ne devrait pas être en terrain inconnu

Mais en grattant le vernis qui recouvre toutes ces prérogatives collées à Cheikh Kanté, on finit par y débusquer une dure réalité : l’actuel Envoyé spécial est, certes, un inconditionnel de Macky Sall, mais aussi du Port autonome de Dakar à son défunt Ministère en charge du Suivi du PSE, il avait toujours cultivé le consensus social. D’ailleurs, il a très souvent pris son bâton de pèlerin, pour éteindre des foyers de tensions. Notamment au sein de l’Alliance pour la république (Apr), lorsque celle-ci est parfois déchirée par des conflits de toutes sortes. Que ça soit au Sénégal ou à l’étranger. D’Italie en France, en passant par plusieurs autres pays européens, Cheikh Kanté a l’habitude de réchauffer les coups de froid qui se sont souvent abattus sur les relations entre camarades marron-beige.

Autre particularité de l’ancien patron du Port autonome de Dakar : quand la plupart des ministres s’emmurent dans un silence assourdissant, lorsque le président Macky Sall et son bilan à la tête du pays sont rudoyés par l’opposition, il fait partie des rares à monter au front, pour essayer de rendre lisse le ‘’Cv’’ présidentiel de Macky Sall. Pour ce faire, Cheikh Kanté a initié, depuis plusieurs mois, une Revue dénommée ‘’Tam-Tam’’. Ce, pour vulgariser les actions de son mentor.

Quand les ministres s’emmuraient dans un mutisme inquiétant, à chaque fois que Macky Sall était attaqué sur son bilan, Cheikh Kanté montait au front et avait fini par créer une Revue dénommée ‘’Tam-Tam’’ pour vulgariser les actions de son mentor

A l’origine de cette publication, son auteur expliquait récemment en ces termes : ‘’en Afrique, le tambour communément appelé “tam-tam” est un instrument à percussion d’usage multifonctionnel qui a toujours accompagné l’homme de la préhistoire à nos jours.

Le “tambour africain’’ communément appelé “tam-tam” est bien plus qu’un instrument musical. C’est aussi un support de communication qui a rythmé la vie quotidienne africaine lors des cérémonies telles que les naissances, les mariages, les funérailles, les guerres, les chasses et autres rituels.’’

Poursuivant, il faisait noter : ‘’j’ai choisi de donner le nom de ce fabuleux instrument à ce journal, puisque je considère qu’il permettra une large diffusion de la mise en œuvre d’une doctrine africaine, le Plan Sénégal Emergent (PSE), résultante d’une pensée cartésienne d’organisation et de méthode d’un homme d’exception, le Président Macky Sall, qui fait battre l’économie Sénégalaise au rythme du Tam Tam de la mondialisation tout en impulsant le tempo qui mènera vers l’indépendance des économies Africaines.

Un tempo n’est pas une course de vitesse, mais un espacement nécessaire qui permet de savourer la richesse sonore de chaque note tout en maintenant le lien qui les unit toutes.

C’est aussi cela le tempo du PSE dont j’ai l’honneur d’assurer le suivi et d’écouter les pulsations, symbiose des rythmes d’une économie en croissance et d’un environnement préservé dans une société équitable.’’

A l’en croire, ‘’c’est un instrument de bonheur et d’espérance qui rythme la cadence soyeuse des arbres qui oscillent au gré des vents. Il rythme les épopées chantées dans les souffles des flûtes puissantes aux notes aiguës qui font sortir de l’eau les esprits de nos ancêtres. Il accompagne les exhibitions de nos masques nègres aux dents multiples, fourrées dans de larges bouches, d’où pendent des langues crachant du feu sur des têtes parées de miroirs, de peaux et bariolées de cornes d’animaux sauvages.’’

Actusen.sn

 

Dans la même rubrique...

Diarry Sow écrit à Serigne Mbaye Thiam : « je ne me cache pas. Je ne fuis pas. Considère cela comme une sorte de répit salutaire dans ma vie »

Actusen

Gestion de la crise sanitaire dans les écoles, déficit de tables-bancs et d’enseignants, non-respect des accords signés… : le Cusems met à nu les incohérences des autorités  

Actusen

Violence et maltraitance sur ses élèves : Ibrahima Dieng, maître coranique condamné par le tribunal de Diourbel

Actusen

Laissez un commentaire