A LA UNE News Politique

Célébration de la Journée de l’Afrique : le discours de Macky Sall, Président en exercice de l’Union Africaine

Mes chers compatriotes africaines et africains, d’ici et de la diaspora,

Le 25 mai 1963 marque la création à Addis Abeba de l’Organisation de l’Unité Africaine, symbole de la Journée de l’Afrique que nous célébrons avec fierté aujourd’hui.

J’adresse à chacune et à chacun de vous mes chaleureuses félicitations.

Je rends hommage aux précurseurs du panafricanisme sur le continent et dans la Diaspora, et aux pères-fondateurs, dont la vision lumineuse, transcendant les barrières, a allumé la flamme incandescente de l’unité africaine voilà maintenant 59 ans.

De l’OUA à l’Union Africaine, portée sur les fonts baptismaux le 9 juillet 2002 à Durban, le legs des anciens a été forgé et consolidé.

Nous avons décolonisé notre continent, démantelé l’odieux système d’apartheid et réglé par la voie pacifique nombre de différends frontaliers hérités de la colonisation.

Portés par la foi des pionniers, nous poursuivons nos efforts d’intégration à l’échelle continentale et au sein de nos Communautés économiques régionales ; à travers l’Agenda 2063 et les initiatives du Nouveau partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) ; enfin, par la mise en place progressive de la Zone de Libre Echange continentale africaine.

Nos avancées sont significatives.

Il en est de même de nos défis.

Je pense à la paix, à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme ; à la protection de l’environnement ; et au développement économique et social inclusif, tenant compte des besoins spécifiques des jeunes et des femmes : notamment l’éducation, la formation, l’emploi et la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles.

Je n’oublie pas la question de la gouvernance politique et institutionnelle, y compris la recrudescence des coups d’Etat sur le continent.

D’autre part, nous évoluons dans un environnement international peu favorable, où l’impact sévère de la pandémie COVID-19 est aggravé par les conséquences d’un contexte mondial conflictuel et la persistance d’une gouvernance politique, économique et financière inéquitable.

Mais au lieu de brider nos ambitions et paralyser notre action, les défis que voilà doivent, au contraire, revigorer notre foi dans notre destin commun et solidaire.

Ils doivent nous rappeler que si nous voulons libérer tout le potentiel de notre continent, il nous faut d’abord compter sur nous-mêmes, resserrer nos rangs, être plus unis et solidaires, et croire davantage en nos propres capacités à construire l’Afrique de demain.

J’appelle à la mobilisation générale de nos énergies et de nos intelligences pour bâtir ensemble l’Afrique de nos rêves ; l’Afrique des routes, des autoroutes, des chemins de fer, des ports, des aéroports, des centrales électriques, des fermes agricoles, des produits pharmaceutiques et médicaux, des parcs industriels et numériques ; de la création artistique et culturelle et du génie sportif.

J’invite particulièrement notre jeunesse à porter et amplifier le message.

Ainsi, ferons-nous de notre souveraineté, plus que la proclamation d’une promesse, une réalité conforme à la vision des anciens.

Ensemble, continuons le travail.

Ensemble, comme nous y invite notre hymne, « Faisons de l’Afrique l’arbre de vie » pour rester ses dignes fils et filles, « Chair du soleil et Chair du ciel ».

Vive l’Afrique ! Vive l’unité africaine !

Dans la même rubrique...

Olivier Michel Perrin lui révèle qu’il a un penchant pour les hommes et lui envoie sa photo nue : Mor Talla Seck le fait chanter et encourt 2 ans ferme

Actusen

Campagne électorale en vue des législatives du 31 juillet 2022 : ce que Macky Sall a demandé au ministre de l’Intérieur

Actusen

Viol et pédophilie au Sénégal : 258 cas enregistrés à Dakar en 2021

Actusen

Laissez un commentaire