A LA UNE Economie News

Lenteurs du processus de changement de monnaie africaine : une pétition internationale lancée pour accélérer la réforme

Pour accélérer le processus d’indépendance monétaire africaine, une pétition internationale a été lancée par des activistes, des hommes politiques, des artistes du continent africain et de la diaspora. Ils sont déjà près d’une centaine de signataires à soutenir le mouvement. Face à la presse, ce lundi, Guy Marius Sagna et ses camarades ont exprimé leurs inquiétudes face aux lenteurs notées sur la réforme initiée, il y a un an, pour permettre à l’Afrique d’avoir sa souveraineté monétaire, économique, bancaire et financière.

« Aujourd’hui, 21 décembre 2020, cela fait un an que la France a entamé la réforme du franc CFA de l’Uemoa créée en 1945, à une époque où aucun de nos États actuels n’existait. Les soussignés de cette pétition condamnent sans réserve le complot de la France d’Emmanuel Macron visant à saboter la décision africaine de mettre fin au colonialisme monétaire, financier et bancaire qu’elle impose aux pays africains à travers de prétendus accords monétaires qui durent depuis 75 ans », ont déclaré les activistes.

Guy Marius Sagna et ses camarades exigent l’organisation de débats nationaux et de référendums nationaux démocratiques et sincères sur la monnaie africaine. Et invitent tous les Africains, toutes les organisations progressistes à se mobiliser contre la présence monétaire française en Afrique et à faire barrage en Afrique et dans la diaspora à cette nouvelle tromperie monétaire.

Toutefois, ils saluent l’attitude progressiste et internationaliste de démocrates français qui, selon eux, contribuent à éventer ce complot impérialiste.

Saly SAGNE (Actussen.sn)

Dans la même rubrique...

Affaire Me Boubacar Sèye : le proc’ demande l’ouverture d’une information judiciaire

Actusen

Trafic de drogue : 634 kg de chanvre indien et des faux médicaments saisis entre Mbour et Koungheul

Actusen

Accaparement des vaccins par les pays riches : « un échec moral catastrophique », selon l’Oms

Actusen

Laissez un commentaire