Billet News

Les morts ne parlent pas

On ne se rend pas souvent compte du drame qui se joue sous nos yeux et qui concerne la tranche d’âge la plus jeune de la population. Mais, un beau jour, ce qui était caché devient apparent. Et là, on découvre soudain ce que nos jeunes font de leur temps libre. Le plus souvent, la drogue n’est jamais loin. Chacun, selon ses moyens, en consomme, mais ceux qui sont le plus en danger ce sont ces gosses de riches qui se frottent à la cocaïne.

Nos jeunes ne sont pas souvent conscients du danger qui les guette. Jusqu’au jour où un drame se produit. C’est là que cette génération se rend compte qu’elle est vraiment perdue. Pourtant, rares sont ceux qui prennent vraiment le temps de réfléchir sur le sens des épreuves auxquelles ils sont confrontés. Pour ce faire, il faut d’abord reconnaître ses torts. Ce qui ne semble pas être le cas pour Dame Amar et ses compagnons d’infortune qui ont chargé leur défunte amie. Alors que les morts ne peuvent pas se défendre.

De là où elle se trouve, Hiba Thiam doit certainement regretter le jour où elle a connu ses soi-disant amis. En tout cas, d’après leurs versions des faits, elle est la seule droguée de la bande. Malheureusement, elle ne saurait se laver à grande eau, car absente du procès. Espérons que les jeunes s’inspirent de la tragédie dont on a rejoué hier le film, à la barre, pour ne pas commettre les mêmes bêtises.

Maam Sagar (Billet SourceA)

Dans la même rubrique...

Gestion de la crise sanitaire dans les écoles, déficit de tables-bancs et d’enseignants, non-respect des accords signés… : le Cusems met à nu les incohérences des autorités  

Actusen

Violence et maltraitance sur ses élèves : Ibrahima Dieng, maître coranique condamné par le tribunal de Diourbel

Actusen

Non-respect du protocole d’accords : Les ex-contractuels de la Senelec exigent l’audit de gestion des ressources humaines de Papa Demba Biteye

Actusen

Laissez un commentaire