A LA UNE News Politique

Moundiaye Cissé envoie un signal aux futurs députés : «cohabitation ou confrontation, C’est l’occasion de prouver qu’il est possible d’avoir une assemblée du peuple»

Si les tendances se confirment, le pouvoir n’aura pas une majorité confortable. Ainsi, cohabitation ou Confrontation positive d’idées , les parlementaires, du pouvoir comme de l’opposition, de l’avis de Moundiaye Cissé, devront travailler sereinement à l’hémicycle pour consolider les acquis démocratiques d’autant que les sénégalais n’en veulent plus d’une assemblée de règlement de compte. 

Au moment où l’on annonce un écart très serré de sièges, 80 et 82, entre la coalition présidentielle et l’inter-coalition Yaw et Wallu, il convient alors de rappeler que le pays a, dans ce cas de figure, une occasion en or pour montrer à la face du monde que nous avons une démocratie majeure. C’est en tout cas l’avis du directeur exécutif de l’Ong 3 D, Moundiaye Cissé. Selon ce membre de la société civile, qui rappelle d’emblée que l’opposition n’a jusqu’ici que 30 députés au maximum à l’hémicycle, une cohabitation saine reste l’enjeu majeur de la 14ème législature. « La cohabitation n’est pas forcément négative. C’est bien possible d’avoir une cohabitation saine à l’Assemblée nationale même si Benno devient majoritaire. Il y va de la maturité de notre démocratie. Car, si c’est cette année que nous avons eu la possibilité d’avoir une assemblée équilibrée, ce qui est probable, nos députés doivent saisir l’occasion pour prouver qu’il est aussi possible d’entretenir, du pouvoir comme de l’opposition, de très bons rapports à l’Assemblée nationale », assure Moundiaye Cissé. Qui rappelle que Abdoulaye Wade, avec le parti socialiste, avait montré l’exemple à l’époque, ce qui avait abouti à une cohabitation consensuelle qui générera à son tour le code consensuel de Kéba Mbaye de 92. D’après le directeur exécutif de l’ONG 3 D, « nous ne voulons pas d’une cohabitation qui aboutit à une guérilla parlementaire, qui ne profite au Sénégal, mais à une synergie où les parties iront vers des réformes adéquates pour consolider les acquis démocratiques, la consolidation de notre état de droit, la restauration d’une justice équitable à réconcilier avec le peuple ».

«A la place d’une guérilla parlementaire, l’on peut envisager une Cohabitation saine débauchant sur des réformes consolidantes»

Se voulant plus explicite, Moundiaye Cissé ajoutera que le peuple a envoyé un signal fort aux hommes politiques en disant qu’il est possible de régler les conflits, non pas dans la rue, mais dans les urnes. D’ailleurs, M. Cissé a prédit que le Président Macky Sall ne va pas se présenter comme candidat en 2024, soutenant qu’il aura décrypté le message que le peuple a lancé. « On ne peut pas ignorer le bilan matériel du président. Mais là où il a échoué, c’est au niveau de son bilan immatériel. Le débauchage à tout va, la non préservation des valeurs d’éthique, de morale, de ‘’ngor, ‘’soutoura’’, du respect de la parole donnée, c’est ce qui a perdu le Président Macky Sall. Encourager la transhumance ne paye pas toujours et les politiques doivent savoir que préserver les valeurs est aussi important », déclare Moundiaye Cissé.

«Le Président Macky Sall a réussi son bilan matériel et échoué sur son bilan immatériel. Le débauchage à tout va, la non préservation des valeurs d’éthique, de “ngor”, “soutoura”, du respect de la parole donnée, c’est ce qui a perdu Macky Sall»

Sinon, si l’inter coalition Yaw-Wallu ou certains de leurs militants attendent à ce que les organes habilités à proclamer les résultats provisoires et définitifs issus des urnes additionnent les sièges gagnés par les deux coalitions, Moundiaye Cissé se veut clair, expliquant que la commission nationale de recensement des votes ne joue ce rôle pour la bonne et simple raison que cette inter-coalition, du point de vue juridique, n’existe pas d’autant que chaque coalition a présenté sa propre liste. « Ils n’ont pas formalisé leur alliance, les résultats seront proclamés par liste séparément ».

Amadou DIA (Actusen.sn)

Dans la même rubrique...

Reconstitution des faits : comment le membre présumé de la «Force spéciale», Pape Mamadou Seck s’est évadé du pavillon spécial

Actusen

Rapatriement des contingents sénégalais engagés au Mali : la Dirpa rétablit la vérité

Actusen

Affectation des agents de l’hôpital Le Dantec : les personnes concernées édifiées ce vendredi

Actusen

Laissez un commentaire