Mahammad Boun Abdallah Dionne : «le contrat avec Total a été signé de manière transparente»

La question du pétrole, qui taraude les esprits, en ces temps qui courent, est largement revenue, ce jeudi, à l’Assemblée nationale, lors du passage du Premier ministre du Sénégal pour des questions d’actualité réservées au Gouvernement.

En effet, après la parlementaire Ndèye Fatou Diouf de la Mouvance présidentielle, Benno bokk yakaar (Bby), c’est place à Aïda Mbodj de revenir à la charge.

D’après la Présidente du Groupe parlementaire «Libéraux et Démocrates», cette question est plus d’actualité et se pose avec acuité, car des découvertes sont annoncées sur nos côtes.

«Il faut savoir raison garder. Il n’y a aucune goûte de pétrole ni de milligramme de gaz et on a commencé à crier sur tous les toits. Il faut savoir raison garder», a invité le Premier Ministre.

Avant de partager la richesse, il faut la créer. On ne peut pas parler de partage de richesses, parce qu’il n’y en a pas encore. Il ne faut mettre la charrue avant les bœufs», a insisté le Pm, Mahammad Boun Abdallah Dionne.

«Je pense que le Sénégal a bien travaillé, parce que nous avons un bon dispositif», s’est-il glorifié sous les salves d’applaudissements.

«Pourquoi cette auto-flagellation. Il n’y a aucun problème. Le contrat avec Total a été signé de manière légale, avec comme seul objectif, l’intérêt du Sénégal. Il y a trop de bruits. Mais en réalité, il n’y a rien», est-il monté au créneau contre les pourfendeurs du régime de Macky Sall.

«L’heure est au travail et à la paix sociale. Utilisons les talents de chacun et de tous pour le bien du Sénégal», a, enfin, conclu le Pm.

Pour autant, Aïda Mbodj a lancé cette dernière pierre dans le jardin des tenants du pouvoirs.

“Wade n’est pas comme Macky. Lui, au moins, travaillait pour la sauvegarde des intérêts nationaux”, a-t-elle rétorqué au Ministre des Forces Armées qui avait fait la comparaison entre les régimes précédent et actuel.

G. MANSALY & R. SAMBOU & O. THIANE, Stagiaire (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here