People & Sports

Choqué, Ribéry menace de partir !

Victime d’un cambriolage pendant le week-end en Italie, Franck Ribéry ne digère pas. L’ailier français est en colère, tout heureux que sa famille n’ait pas été présente au moment des faits. Mais explique ouvertement que ce triste fait divers pourrait bien le pousser à partir une fois la saison terminée.

La Fiorentina et son ambitieux président, Rocco Commisso, avait réussi un gros coup l’été dernier, en parvenant à enrôler Franck Ribéry au terme de sa longue histoire d’amour avec le Bayern Munich. La Viola aspire progressivement à s’installer parmi les meilleures formations de la Botte, mais les résultats n’ont pas été à la hauteur au cours des derniers mois, sans doute aussi la faute à l’absence, de longues semaines durant, de l’attaquant français sur blessure.

Son domicile dévasté

A 37 ans, l’intéressé est sous contrat jusqu’au 30 juin 2021, mais il y a désormais fort à parier qu’il ne souhaite pas vivre une nouvelle saison de l’autre côté des Alpes. Non pas à cause de l’entraîneur, de l’ambiance dans le vestiaire ou des résultats en dents de scie, mais plutôt à cause du cambriolage subi dimanche, pendant qu’il était à Parme avec les siens, pour y obtenir une précieuse victoire (1-2). Son domicile a été visité et dévasté par les auteurs de ce méfait.

L’impression d’être à poil. D’avoir le froc baissé

«Au retour de cette victoire contre Parme, je suis rentré chez moi. Ce « chez-moi » en Italie, pays dans lequel j’ai décidé de poursuivre ma carrière après tant de belles années à Munich. Voilà ce que j’ai découvert», partage-t-il ce lundi sur les réseaux sociaux, après avoir notamment filmé son intérieur, mis sens dessus-dessous par les cambrioleurs. Franck Ribéry est vexé, choqué, et se sentirait presque humilié par cette mésaventure. «Ma femme a perdu quelques sacs, des bijoux, mais (…) ce n’est pas l’essentiel. Ce qui me choque, c’est l’impression d’être à poil. D’avoir le froc baissé et ça, ça ne passe pas. Je ne l’accepte pas !», tonne-t-il encore.

La confiance est rompue

Désormais, l’ancien Marseillais ne se sent plus en sécurité à Florence, et ne cache pas sa crainte pour sa femme et ses enfants. «Ma femme et mes enfants étaient en sécurité, à Munich, mais comment avoir confiance aujourd’hui ? Comment me/nous sentir bien ici aujourd’hui après ça ?», s’interroge-t-il. Une question qui porte, en elle-même, déjà quelques éléments de réponse. Franck Ribéry et les siens n’ont apparemment jamais connu ça à Munich, et en l’espace de quelques mois en Italie, sont victimes d’un vol à leur domicile. Impensable à leurs yeux, et potentiellement rédhibitoire.

La sécurité familiale avant tout

Il faudra désormais une vraie force de persuasion aux dirigeants de la Viola pour empêcher leur numéro 7 de plier bagage dans quelques semaines. «Je ne cours pas après les millions. On ne manque de rien. En revanche, je cours toujours après le ballon, parce que c’est passionnel. Mais passion ou non, ma famille passe avant tout. Et nous prendrons les décisions nécessaires à notre bien-être». Le message est clair, limpide, mais a aussi été délivré à chaud. La colère et le désarroi du Français s’estomperont-ils sur la fin de saison ?

Dans la même rubrique...

Football : Pape Bouba Diop n’est plus

Actusen

Confrontation avec Ama Baldé : Modou Lo déclenche les hostilités

Actusen

Tuchel: « Verratti peut tout changer sur le terrain »

Actusen

Laissez un commentaire