A LA UNE News Société

Usurpation de fonction : Aliou Amar se fait passer pour une femme sur les réseaux sociaux pour demander de l’argent aux hommes

Reconnu coupable des délits de collecte illicite de donnée à caractère personnel et usurpation d’identité, Aliou Amar a écopé, ce lundi, d’une peine de 2 ans dont 1 mois d’emprisonnement ferme. Il comparaissait au tribunal des flagrants délits de Dakar.

S’il connaissait les conséquences qui découlent du délit de collecte illicite de donnée à caractère personnel, Aliou Amar allait se concentrer sur son métier de tailleur. Mais à cause de sa cupidité, il s’est octroyé un ticket gratuit pour la citadelle du silence. Reconnu coupable des délits de collecte illicite de donnée à caractère personnel et usurpation d’identité, il a écopé d’une peine de 2 ans dont 1 mois d’emprisonnement ferme. En effet, pour se remplir les poches, Aliou Amar n’a trouvé rien de mieux à faire que de se faire passer pour une femme sur les réseaux sociaux.

Tailleur de son état, il a utilisé la photo de sa voisine Diarra Dione pour créer un faux compte sur Facebook. Sachant que celle-ci est mariée, il a eu l’outrecuidance de demander de l’argent à d’autres hommes. Le mari de sa victime résidant à l’étranger tombe par hasard sur ce profil et mène une enquête. Ce qui lui a permis de démasquer l’homme derrière ce profil qui a terni l’image de son épouse. C’est ainsi qu’une plainte a été déposée contre Aliou Amar.

Appelé ce lundi, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, il a reconnu les faits de collecte illicite de donnée à caractère personnel et usurpation d’identité. «J’ignorais l’ampleur de mes actes. J’ai vu sa photo sur une page Facebook. Par la suite, je l’ai utilisée pour collecter de l’argent. Je ne savais pas que les choses aller se passer ainsi», a-t-il raconté. Il renseigne avoir soutiré aux hommes une valeur de 100 mille francs CFA. Il a par la suite présenté ses excuses à la partie civile qui n’a pas déféré à la convocation.

Lors de son réquisitoire, la représentante du ministère public a requis 2 ans de prison dont 3 mois ferme. L’avocat de la défense Me Ndiack Ba a demandé une application bienveillante de la loi pénale. Finalement, le tribunal, après en avoir délibéré conformément à la loi a déclaré le prévenu coupable. Il a écopé d’une peine de 2 ans dont d’emprisonnement dont 1 mois ferme.

Adja Khoudia THIAM (Actusen.sn)

Dans la même rubrique...

Polémique sur le Ter, Abdou Karim Fofana clôt le débat : «le Sénégal est propriétaire entièrement et exclusivement du Ter»

Actusen

Incendie à Touba : des cantines consumées au marchés Ocass

Actusen

Ziarra annuelle de la famille omarienne : Aida Mbodj salue le message de paix du khalife

Actusen

Laissez un commentaire