Hong Kong: nouvelle manifestation après l’agression de deux militants

Des milliers de Hongkongais en colère ont bravé dimanche l’interdiction de manifester afin de protester après les agressions dont ont été victimes cette semaine deux militants du camp pro-démocratie.

La manifestation était interdite officiellement pour des raisons de sécurité. Mais cela n’a pas empêché des dizaines de milliers de personnes de se rassembler sous des parapluies, dimanche à la mi-journée, à Tsim Sha Tsui, un quartier de Hong Kong fait de boutiques de luxe et autres centres commerciaux.

Après avoir débuté dans le calme, la manifestation a dégénéré lorsque des petits groupes s’en sont pris à des stations de métro et des banques. Les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule.

C’est le vingtième week-end consécutif d’une contestation qui dure depuis juin dans cette région semi-autonome. Et alors que le projet de loi d’extradition vers la Chine continentale qui avait allumé la mèche a été abandonné, la tension ne semble pas vouloir retomber dans l’ancienne colonie britannique. Désormais, les revendications se sont étendues, les manifestants dénonçant aussi un recul des libertés et les ingérences de Pékin.

Agressé à coup de marteau

Début octobre, l’interdiction du port du masque par les autorités lors des manifestations a remis de l’eau sur le feu. Des entreprises accusées de soutenir le gouvernement pro-Pékin ont été visées par de nombreux actes de vandalisme.

Cette semaine c’est l’agression de deux militants pro-démocratie qui ont encore cristallisé la colère. Mercredi, Jimmy Sham, principal porte-parole du Front civil des droits de l’homme (FCDH), une organisation qui prône la non-violence et a été à l’origine des plus grandes manifestations pacifiques de ces derniers mois, a dû être hospitalisé après avoir été violemment attaqué à coup de marteau par des inconnus. Et samedi soir, c’est un jeune homme qui tractait pour appeler à manifester qui a été poignardé.

(avec AFP et Reuters)

Laisser un commentaire