(Exclusif) Système d’adressage: l’ARTP file à Momar Ndao un marché de gré à gré de plusieurs millions

Bien qu’il soit promu ministre, Abdou Karim Sall, ancien Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), n’avait pas eu une gestion tout à fait orthodoxe. Au contraire, l’actuel ministre de l’Environnement s’était montré « très généreux » avec les deniers publics lorsqu’il gérait l’ARTP. A preuve : votre site Guestuinfo a découvert qu’Abdou Karim Sall a filé le marché du système d’adressage à la société dénommée BAMO sans appel d’offre. Et l’heureux bénéficiaire de ce juteux marché n’est personne d’autre que Momar Ndao, par ailleurs président de l’Association des consommateurs du Sénégal(ASCOSEN). Dans nos investigations, nous avons constaté qu’il n y a aucune trace de ce marché sur le site de l’ARTP. Ce qui est contraire aux règles de transparence.

Conflit d’intérêts

L’autre scandale dans ce marché à «plusieurs millions », c’est l’existence de conflit d’intérêts manifeste. Car, en plus d’être le patron de BAMO, Momar Ndao dirige l’ASCOSEN qui a un statut d’observateurs au niveau de l’ARTP. Sans oublier sa casquette de conseiller du président de la République et de membre du Conseil économique social et environnemental(CESE). Une position qui lui donne, sans aucun doute, un avantage certain dans ce genre de marché. Mais Momar Ndao, lui, rejette ses accusations et justifie le gré à gré. «On n’avait pas besoin de lancer un appel d’offre pour ce marché car mon entreprise qui s’appelle BAMO avait déjà travaillé sur ce projet depuis 2008. J’avais déjà réalisé, à titre privé, la cartographaphie du Sénégal. L’idée était de faire en sorte que ce travail puisse être utilisé par la Poste. Alors l’ARTP m’a confié ce projet pour que j’y ajoute la numération. Nous avons parcouru 1547 Km à Dakar, identifié 232 000 lieux ; c’est-à-dire boutiques, maison, rue, etc.  Il n’y a absolument rien à caché», se défend le président de l’ASCOSEN  contacté par Guestuinfo.

Momar Ndao réfute aussi l’existence de conflit d’intérêts dans cette affaire. «J’ai créé mon entreprise BAMO depuis 1998. Cela n’ rien avoir avec ASCOSEN. J’exerce une activité privée qui me fait vivre. Ma société intervient dans la géolocalisation, le système de navigation par GPS depuis des années», indique-t-il.

L’omerta de l’ARTP

Quid du montant du marché ? Momar Ndao fait dans l’esquive. Il se contente de nous servir ceci : « Je ne peux vous dire le montant exact. Mais sachez que le montant est insignifiant (SIC!)».

Loin d’être convaincu par ces propos, Guestuinfo s’est tourné vers le Fonds de Développement du Service universel des Télécommunication(FDSUT) qui a validé projet, pour en savoir davantage. Joint par téléphone, son Directeur, A1y Koto Ndiaye, nous a fait comprendre que le FDSUT n’a pas lancé ce marché mais l’a, quand même, validé. «Nous sommes une structure qui s’occupe de la validation de projet. C’est l’ARTP qui est gère le volet technique (appel d’offre) et opérationnel du projet. Lorsqu’on nous recevons un projet de la part de l’ARTP,  nous délibérons pour valider ou invalider», explique M. Ndiaye avant de nous orienter vers l’ARTP pour ce qui est des conditions d’octroi de ce marché.

Malheureusement, au niveau de l’ARTP, cette affaire semble taboue. Un des  responsables de la Direction de Communication de la boîte contacté par Guestuinfo n’a pas souhaité se prononcer sur le sujet. Il nous a suggéré d’envoyer nos questions à l’adresse mail de l’ARTP(contact@artp.sn). Ce que nous avons fait depuis le jeudi 14 novembre dernier. Mais à ce jour, nous n’avons obtenu aucune réponse de la part de l’ARTP.

La présence intrigante de Momar Ndao à l’atelier d’adoption

L’adoption du système unique d’adressage au Sénégal,  a fait l’objet d’un atelier les 17 et 18 novembre 2015 à l’hôtel Terrou-bi de Dakar. La rencontre, selon le rapport de synthèse, fait suite à des travaux sur le sujet, réalisés dans le cadre d’un Comité scientifique  regroupant l’ensemble des structures publiques et privées du pays intéressées directement ou indirectement par l’adressage. Ce, sous l’impulsion de l’ARTP en collaboration avec le Ministère des Postes et des Télécommunications et l’assistance technique de l’Union Postale Universelle (UPU).

Dans son discours, le Directeur général de l’ARTP(Abdou Karim Sall) «a insisté sur les enjeux de l’adressage en matière de droits individuels, de sécurité nationale, de développement urbain et surtout de développement du commerce électronique ». Avant de « lancer un appel au Ministre des Postes et des télécommunications (Yaya Abdoul Kane) afin qu’il diligente la finalisation et la publication des textes législatifs et réglementaires devant régir le secteur postal.»

Son appel avait-il entendu ? En tout cas, Momar Ndao, qui participait (curieusment) à cet atelier, a profité de la  rencontre pour faire la présentation du système GPS Joow.

 Il s’agit, selon le patron de BAMO, du premier GPS qui parle wolof avec énormément de points d’intérêts concernant quasiment toute l’activité économique et sociale (banques, services médicaux, lieux de loisirs etc.). Une manière, sans doute, pour le patron de l’ASCOSEN de justifier le choix qui a été porté sur son entreprise.

Il faut dire que Momar Ndao n’est pas le seul collaborateur du président de la République à être épinglé dans un conflit d’intérêts. Ils sont nombreux dans l’entourage de Macky Sall à bénéficier de privilège du seul fait de leur position. C’est le cas de l’homme d’affaire, Baba Diao, patron de ITOC(spécialisée dans la l’hydrocarbure). En plus d’être ministre conseiller auprès du président de la République, le milliardaire continue de fournir du fuel à l’Etat du Sénégal. Que dire de son photographe, Ousmane Ndiaye,  à qui on avait filé, en catimini, la photo officielle du président de la République en 2012 ? Un marché qui, normalement, doit faire l’objet d’appel d’offre comme cela a toujours été le cas.

Nous promettons de revenir sur le système d’adressage avec plus de détails.

Daouda Gbaya (Guestuinfo.com)

  • Décidément la plupart des DG de l’ARTP risquent d’être rattrapés par leur gestion non transparente et mafieuse. J’espére qu’il y aura un vrai et sérieux audit de cet ancien DG.

leave a reply