A LA UNE Actualité News Politique

Hausse vertigineuse des coûts des denrées : ‘’Noo Lank’’ appelle à une marche le 10 septembre 

Le collectif ‘’Noo lank’’ n’a pas l’intention de se contenter des résolutions tirées de la réunion du conseil de la consommation.  Pour les membres de cette formation politique de l’opposition, l’arrêté de suspension temporaire de la taxe sur le sucre annoncé par le ministre Abdoulaye Daouda Diallo, entre autres, n’est qu’un « jeu de communication et un leurre pour faire semblant de réduire ces difficultés et tromper les populations ». Dans un communiqué, le collectif a déploré la non-considération du président de la République pendant plus de trois longues années durant lesquelles ses membres ont a essayé de lui faire entendre raison par rapport à la hausse de l’électricité, malgré la baisse du prix du pétrole. Pour ‘’Noo lank’’, les difficultés économiques qui touchent les Sénégalais dans leur capacité à assurer la dépense quotidienne sont largement ignorées par les pouvoirs publics qui maintiennent leur train de vie et n’hésitent pas à hausser les taxes pour continuer de le financer sans gêne.

« Comment, dans ces conditions, peut-on demander des sacrifices aux Sénégalais et les taxer davantage sur les denrées de base tout comme sur le fer, le ciment et les prix à la pompe ?»

Dans son réquisitoire de feu contre le président Macky Sall et son gouvernement, le collectif a mis en exergue dans sa déclaration, sa décision de tenir une marche pacifique, ce vendredi, de la place de la Nation au rond-point de la Rts pour le lancement d’une campagne de sensibilisation et d’actions démocratiques pour inviter les Sénégalais à souscrire au slogan “Fayou Jotna : Ma Mome sama carte, Dina votel sama keur”. « Que chaque Sénégalais s’assure de convaincre sa famille de sanctionner un régime qui ne répond pas à leurs besoins en dépenses quotidiennes. Il est temps que Macky récolte ce qu’il a semé », pestent Mourtalla Seck et ses pairs.

Aussi, ils demandent aux populations d’être conséquentes en sanctionnant le régime en place, lors des prochaines élections. Ce qui est disent-il, l’unique moyen de les forcer à rectifier le tir.  « C’est en actionnant le levier démocratique que le peuple se fera entendre », lancent-ils.

« Malgré la baisse des prix du baril de pétrole au niveau international, depuis plus de 12 mois, le prix de la Senelec n’a pas changé »

Revenant sur le coût de l’électricité, ‘’Noo lank’’ rappelle que « sur l’électricité et l’eau, aucune baisse n’est notée. Ces services continuent de peser lourdement sur les maigres revenus des Sénégalais. ‘’Noo Lank’’ rappelle que le coût de l’électricité au Sénégal fait partie des prix les plus élevés au monde. Ceci est inacceptable. Et malgré la baisse des prix du baril de pétrole au niveau international, depuis plus de 12 mois, le prix de la Senelec n’a pas changé. Cela dénote d’un manque de sensibilité à la condition des Sénégalais. Entre-temps, l’attelage gouvernemental a augmenté. Les institutions restent budgétivores. Les fonds politiques de 8 milliards par an du président ne connaissent aucune baisse. Aucun plan de réduction du train de vie de l’Etat n’est sérieusement mis en œuvre. Il est donc futile de lui demander de faire un geste pour les Sénégalais. Il faut le sanctionner ».

Pour les membres dudit collectif, « cette menace est le moyen le plus efficace et le plus rapide pour mettre le gouvernement au pas, afin qu’ils évitent de traiter la cherté de la vie comme une question saisonnière à l’image des inondations dont les récriminations ne se font que pendant la saison hivernale ».

Aissatou TALL, stagiaire

Dans la même rubrique...

A quelques jours des investitures des candidats aux élections locales : des leaders de Benno lavent leur linge sale à la Dic

Actusen

Touba : un apprenti chauffeur échappe à la mort pour une histoire de 200 F Cfa

Actusen

Déclaration de politique environnemental : les engagements du directeur du Coud, Maguette Sène pour relever les défis   

Actusen

Laissez un commentaire