A LA UNE News Politique

Revue du Code électoral : l’Entente des forces de l’opposition étale ses points de désaccord

Après un mois de discussions, les acteurs politiques n’arrivent toujours pas à s’entendre sur le Code électoral. Et sur les 18 points retenus,  certains divisent le Pôle de l’opposition qui regroupe les partis membres de l’Entente des forces de l’opposition (Efop).
Face à presse, cette après-midi, les leaders de l’Efop, qui se sont réunis au domicile de Modou Diagne Fada, ont, d’abord, dénoncé l’augmentation en vue du nombre de députés de l’Assemblée nationale qui devrait passer, à la prochaine Législature, de  150 à 160. Pour Déthié Diouf, leader du Parti VISA, membre de ladite Entente, cette hausse n’est pas opportune, car ‘’le pays à d’autres priorités’’.
 ‘’Nous ne sommes pas contre les députés de la diaspora, mais nous proposons  l’affectation des députés venant  des départements dont le nombre (de députés) impair, à la diaspora. Cela va aussi permettre à la parité de se réaliser’” dit-il .
Autre point d’achoppement : la ‘’confirmation’’ pour les électeurs de dire si oui ou non ils souhaitent figurer sur les listes. Une proposée que l’Efop ne veut pas entendre. La raison ? ‘’Quelqu’un, qui se déplace déjà, n’a pas besoin de confirmer. Nous pensons qu’il y a des choses en dessous qu’on ne dit pas’’, soupçonne ce membre fondateur de l’Efop.
En guise de proposition, l’Entente des forces de l’opposition veut que la gestion du fichier électoral soit confiée à la Commission électorale nationale autonome (Cena) avec l’appui technique de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd).
S’agissant de la révision des listes électorales, l’Efop pense que cette révision doit partir de 2017 qui a été ‘’la période  de forte mobilisation’’. ‘’A défaut, propose Déthié Diouf, il faut auditer le fichier et le mettre à jour, afin d’intégrer les nouvelles inscriptions’’.
Enfin, l’Efop s’oppose à tout report des élections législatives. Soupçonnant le régime de vouloir chercher un prétexte pour décaler la date du scrutin à venir, cette nouvelle Coalition de l’opposition exige le respect du calendrier républicain.
Daouda Gbaya (Actusen.com)

Dans la même rubrique...

Professeur Moussa Seydi sur la polémique sur l’hydroxychloroquine: «nous ne nous baserons que sur nos résultats pour prendre des décisions»

Actusen

Professeur Seydi : “la stigmatisation des malades pourrait réduire à néant la lutte”

Actusen

Abdoulaye Bousso après l’allègement: «on peut passer à une situation beaucoup plus grave si les mesures barrières ne sont pas respectées»

Actusen

Laissez un commentaire